20181030 100024Depuis le 25 octobre 2018, le quartier gounghin de la ville de Ouagadougou bouillonne aux  couleurs des récréatrales. Ils regroupent plusieurs artistes venus un peu partout du monde. Avec cette édition, les récréatrales soufflent leur dixième bougie et comme à son habitude, ils se déportent dans les habitations, les ménages, les foyers, pour faire vivre à ses milliers de spectateurs, la chaleur du cocon familial d’Afrique. Avec pour thème « tresser le courage », la 10e édition des récréatrales  a pour parrain Norbert ZONGO et trois invités d’honneur que sont Odile SANKARA, Dieudonné NIANGOUNA, Serge Aimé COULIBALY.

Pas besoin de se renseigner sur les lieux du festival, les récréatrales sont devenus le carrefour du quartier Gounghin. Avec un décor particulièrement époustouflant fait à partir des matériaux de récupération, traditionnels et bien d’autres, le festival s’est installé en plein cœur du quartier Bougsemtenga. Il faut noter que cet univers est marqué par un contraste particulier qui se conjugue parfaitement. A l’image d’une véritable scène de théâtre, pendant que  les spectateurs étaient complètement emportés par une lecture africaine au sein de la famille SIB, les occupants de la cour vaquaient tranquillement à leur occupation, digne d’une série africaine.

20181030 103904Il faut le rappeler le festival a pour objectif de multiplier, consolider professionnaliser et diversifier  les démarches créatives de la scène théâtrale africaine et contemporaine tout en favorisant le développement socio économique du quartier d’implantation. En effet, dans ce festival un écran géant est dressé. Ce qui permet non seulement au riverains, mais aussi à toute la population ouagalaise amoureuse des arts du spectacle de découvrir  et de se divertir en ce sens  qu’une fois le coucher du soleil s’installe, l’heure est aux retrouvailles entre les acteurs et les spectateurs. « Dès la tombée de nuit, accompagné de mes petit enfants, nous venons suivre les spectacles. Ce qui est plus  intéressant, c’est qu’on a l’embarra du choix »,  nous confie une riveraine du quartier.

Aussi, il faut noter que le  « monde merveilleux » d’Etienne MINOUGOU, offre également  un cadre d’exposition des objets d’art, esthétiques et décoratifs. En plus, les commerces qui sont aux environs de l’événement profitent de la situation pour réaliser un bon chiffre d’affaires. «  On rend grâce a Dieu, depuis que le festival a commencé les affaires marchent bien. Je vends les pagnes traditionnels, les colliers, les bracelets africains etc. Je suis installée ici ça vaut un an. Je n’ai jamais eu un tel chiffre d’affaires. En plus de la boutique, je fais des brochettes, des frites, aloco et poissons », confie Mme TRAORE toute souriante.

Même son de cloche du côté de Bernard SAWADOGO, coiffeur. « Je suis coiffeur mais compte tenu de la situation, à partir de 16 heures, ils  mettent des barrières, et les motos sont au parking. Vous-même vous savez que personne ne va venir payer un parking à 200 francs CFA pour se coiffer. Donc pour cela en plus de la coiffure, je vends la boisson et cela marche bien, parce que dans la soirée, il y a plein de monde. Cela nous permet de faire de bonnes affaires », souligne-t-il.

A cette occasion, des commerçants quittent aussi certaines zones pour faire écouler leurs marchandises aux environs de l’évènement. « Je suis venu ici à l’occasion du festival les récréatrales, mais je peux dire que le marché se porte bien, donc on ne peut qu’encourager l’événement », indique Solo OUEDRAOGO.

Même si les récréatrales privent certains de leur train-train quotidien, tous sont unanimes sur fait le fait que le festival est une bonne initiative et méritent d’être pérennisés.

Edwige SANOU

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

23
Mar2019

Utilisation des « secrets de femmes » : « Certains produits vendus sur le marché et introduits dans le vagin représentent un danger pour la paroi vaginale, car ils la détruisent », Dr Yacouba Ouattara

Autrefois principalement utilisés par des Sénégalaises et des Maliennes, les « secrets de femmes » sont également entrés, au fil du temps, dans les mœurs des femmes burkinabè. Pour assurer la satisfaction...

22
Mar2019

Procès du putsch de septembre 2015 / interceptions téléphoniques du général Bassolé : « Ça démontre que le général Bassolé était plus qu’un complice. Il était un acteur. Il était dans la stratégie du chaos et de la terre brûlée », Me Kam

La diffusion des bandes sonores montrant la culpabilité de certains accusés et déchargeant d’autres dans le cadre du procès du coup d’Etat de septembre 2015 se poursuit au tribunal militaire...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public