Abonnez-vous à nos newsletters

champsLe Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du manque d’appui technique et financier de l’Etat, ce qui se répercute sur le marché local.

 

Ces derniers temps, le panier de la ménagère se remplit difficilement. Cela s’explique par la rareté et la cherté des condiments. « Les condiments sont rares, le peu qu’on trouve est cher. Je cherche la carotte, j’ai fait le tour du marché,  celles que j’ai vu étaient  non seulement pas  fraîches, mais aussi elles coutaient chères : Le  tas de trois (03) carottes à cinq cent (500) francs CFA. C’est compliqué »,  nous confie Mme TIENDREBEOGO, venue faire son marché. Plusieurs facteurs expliquent cette rareté et cette cherté des condiments sur le marché.

L’activité maraîchère est bien développée à Ouagadougou. Les légumes et fruits frais consommés dans la capitale burkinabè, sont en partie produits sur place, à l'intérieur ou à la périphérie de la ville. Cela est visible le long du réseau hydrographique de Ouagadougou, et la plus importante activité de maraîchage se rencontre autour des eaux de barrage. Le maraichage est l’une des principales activités rémunératrices de revenus au Burkina Faso. En milieu rural comme en zone urbaine, cette activité est beaucoup pratiquée. La filière fruits et légumes occupe une place de choix parmi les filières porteuses retenues.IMG 20180406 WA0007

Dans le maraichage, on trouve des produits tels  le choux, la tomate, la carotte, les ognons, les poivrons, plusieurs variété de salade. Comme fruits il y la banane, la papaye, des tubercules tels le tarot, le manioc etc. Ces produits sont écoulés directement sur le marché local.champ 1

 Malgré son développement,  ce  secteur est confronté à des difficultés. Il s’agit entre autres de l’urbanisation sans cesse croissante de la capitale du Burkina, qui est source d’expropriation de nombreuses familles de leurs champs. En effet ces derniers sont confrontés à un problème de place, c'est-à-dire qu’ils n’ont pas une autorisation officielle pour mener leurs activités au bord des barrages et à tout moment on peut les y déguerpir. En plus de cela, il y a  un manque d’appui technique et financier  de l’Etat. « Le coût des intrants agricoles  sont un peu élevé », indique  Etienne, un maraicher. La pluviométrie est le facteur déterminant qui ne facile pas la tâche aux jardiniers. En effet, « pendant  la saison sèche, il n’y pas suffisamment d’eau, mais en saison pluvieuse  l’eau du canal déborde cela empêche la culture de certains produits », explique Etienne. Pour ces maraichers, en temps de pluies ils sont obligés d’aller chercher d’autres sites pour leur jardinage, ce qui n’est pas toujours évident et  freine leurs activités, d’où la cherté des condiments constaté ces derniers temps.

Edwige SANOU

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

23
Mar2019

Utilisation des « secrets de femmes » : « Certains produits vendus sur le marché et introduits dans le vagin représentent un danger pour la paroi vaginale, car ils la détruisent », Dr Yacouba Ouattara

Autrefois principalement utilisés par des Sénégalaises et des Maliennes, les « secrets de femmes » sont également entrés, au fil du temps, dans les mœurs des femmes burkinabè. Pour assurer la satisfaction...

22
Mar2019

Procès du putsch de septembre 2015 / interceptions téléphoniques du général Bassolé : « Ça démontre que le général Bassolé était plus qu’un complice. Il était un acteur. Il était dans la stratégie du chaos et de la terre brûlée », Me Kam

La diffusion des bandes sonores montrant la culpabilité de certains accusés et déchargeant d’autres dans le cadre du procès du coup d’Etat de septembre 2015 se poursuit au tribunal militaire...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public