fayuluMartin Fayulu continue de contester les résultats proclamant Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle. Il a appelé ses partisans à l’accompagner à la Cour constitutionnelle pour exiger le recomptage des voix.

La Commission nationale devait annoncer jeudi (10 01 2019) la publication des résultats des législatives nationales mais jusqu’à présent, toujours rien.

En lieu et place, c’est le candidat malheureux Martin Fayulu, qui conteste la victoire de Félix Tshisekedi, qui a annoncé ses propres résultats. Il a affirmé avoir remporté les élections avec 61% des voix.

Fayulu peut aussi s’appuyer sur les déclarations de la Cenco, la Conférence épiscopale congolaise, qui a également contesté les résultats donnant Tshisekedi vainqueur.

L'heure de la mobilisation pour Fayulu

Devant un millier de partisans, Martin Fayulu a appelé les militants de Lamuka à le rejoindre demain à 9h, heure à laquelle il entend déposer un recours auprès de la Cour constitutionnelle.

"Enfant du Congo, lève-toi, réveille-toi. Nous allons commencer par la Cour constitutionnelle pour déposer un dossier, c’est ce qu’on appelle en français : un recours. Nous allons leur demander de lire les bulletins de vote un par un, bureau par bureau. Est-ce qu’on est d’accord ?", a lancé le candidat malheureux à ses partisans avant de les appeler à l’accompagner à aller à la Cour samedi.

"Nous serons à la cour suprême demain, est-ce qu’on est d’accord ? Allons ensemble à la Cour constitutionnelle demain matin. Soyez déjà sur place à partir de 9h."

Certains des supporters de Fayulu étaient très remontés contre la Commission électorale nationale indépendante, la Céni.

"Nous allons faire ce qu'il faut faire. Eux, ils ont des armes, ils vont tirer sur nous. Mais nous, nous voulons notre victoire, nous sommes là les mains nues. Avec l’aide de Dieu, nous allons vaincre. C'est Martin Fayulu qui sera le président de ce pays."

"Nous allons nous soulever, c’est notre pays, nous ne pouvons pas être pris en otage."

Fayulu interpelle la Céni

La coalition Lamuka compte demander au président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, de produire les procès-verbaux des bureaux de vote devant les témoins.

Et elle cite notamment des observateurs internationaux et locaux des élections. Au cœur de l’observation du processus électoral, les observateurs électoraux de la Conférence épiscopale, la Cenco, les protestants de l'Église du Christ du Congo et les ONG de la Symocel.

"Les résultats tels que publiés ne correspondent pas aux données collectées par la mission d'observation de la Cenco", a souligné Monseigneur Marcel Utembi, lors d'une liaison vidéo avec le Conseil de sécurité de l'ONU.

Source : https://www.dw.com/fr/fayulu-publie-ses-chiffres-et-mobilise-ses-partisans/a-47051928

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

23
Mar2019

Utilisation des « secrets de femmes » : « Certains produits vendus sur le marché et introduits dans le vagin représentent un danger pour la paroi vaginale, car ils la détruisent », Dr Yacouba Ouattara

Autrefois principalement utilisés par des Sénégalaises et des Maliennes, les « secrets de femmes » sont également entrés, au fil du temps, dans les mœurs des femmes burkinabè. Pour assurer la satisfaction...

22
Mar2019

Procès du putsch de septembre 2015 / interceptions téléphoniques du général Bassolé : « Ça démontre que le général Bassolé était plus qu’un complice. Il était un acteur. Il était dans la stratégie du chaos et de la terre brûlée », Me Kam

La diffusion des bandes sonores montrant la culpabilité de certains accusés et déchargeant d’autres dans le cadre du procès du coup d’Etat de septembre 2015 se poursuit au tribunal militaire...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public