Abonnez-vous à nos newsletters

tra uneIl est courant de constater un véritable remue-ménage dans la circulation avant et pendant une pluie à Ouagadougou. Les conducteurs de véhicules circulent chacun selon son bon vouloir, comme si le respect du Code de la route était suspendu. Cette attitude perturbe la circulation et engendre très souvent des accidents.

Pour Thierry Ouédraogo, commerçant ambulant habitant un quartier périphérique de la ville de Ouagadougou, quand une pluie se prépare, mieux vaut regagner son domicile car, dit-il, on ne sait jamais, surtout quand on loge dans une zone non lotie. Par exemple, on peut avoir sa maison inondée. Charles Kaboré, fonctionnaire, estime qu’à défaut d’être dans un lieu sûr où l’on sera à l’abri en cas de pluie, mieux vaut tout faire pour être chez soi plutôt que d’être dans la rue sous la pluie. C’est ce qui, selon lui, explique le fait que certains n’hésitent pas à enfreindre les règles de la circulation ainsi que l’attitude particulière des usagers de la route avant et pendant la pluie.

Si pour ces deux citoyens, la perturbation de la circulation se justifie de la sorte, Souleymane Ouédraogo, moniteur à « Splendide auto-école » invite à une attitude plus prudente. Pour lui, en cas de pluie, l’usager de la route doit redoubler de vigilance.

traf 3D’entrée de jeu, il signale que la vitesse dans la ville de Ouagadougou est exceptionnellement limitée à 40km/h et non à 50km/h comme cela l’est de manière conventionnelle en agglomération. En cas de pluie on doit rouler en deçà de 40km/h parce qu’à ce moment, explique-t-il, il y a une baisse de la visibilité du conducteur. En plus de la diminution de la vitesse, il précise qu’il faut au conducteur allumer ses feux de croisement pour améliorer sa visibilité et être vu. Pour ce qui est du système de freinage, Souleymane Ouédraogo indique que plus un conducteur roule à vive allure, moins le freinage est efficace en cas de danger. En cas de pluie, à cause du fait que la chaussée est mouillée, en cas de freinage le véhicule met plus de temps à s’immobiliser que d’ordinaire, fait-il remarquer. Alors selon ce moniteur ayant une trentaine d’années d’expérience, les maîtres mots sont « prudence », « vigilance » et surtout « tolérance » quand on circule, cela d’autant plus que peu de Burkinabè font preuve de courtoisie en circulation.

En définitive, selon les conseils de Souleymane Ouédraogo, seul le strict respect du Code de la route à tout moment est gage de sécurité en matière de circulation routière.

Saâhar- Iyaon Christian Somé Békuoné

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

17
Juil2019

Dialogue politique au Burkina Faso : une étape charnière des élections de 2020

Prévu pour se dérouler avant fin avril dernier, c’est finalement le lundi 15 juillet qu’a débuté le dialogue politique au Burkina Faso. A ce rendez-vous réunissant autour d’une même table...

17
Juil2019

Passif foncier de Garghin : les parties en présence trouvent un modus vivendi

Les résidents de la zone non lotie de Garghin ont, en fin de semaine dernière, fait une sortie médiatique au cours de laquelle ils se sont plaints du nombre insuffisant...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public