Abonnez-vous à nos newsletters

socialDans ce monde dit moderne, les réseaux sociaux font partie de la vie de beaucoup de nos contemporains. Dès le réveil, consulter ses comptes Facebook, WhatsApp ou Twitter est pour plusieurs personnes le premier réflexe avant de quitter le lit. On y poste tout, on y raconte et rencontre tout. Mais l’usage des réseaux sociaux n’est pas sans conséquence sur la société. Si certains les utilisent à bon escient, d’autres par contre en font un canal pour diffuser de fausses informations pouvant mettre à mal la cohésion ou des messages et images qui attentatoires à la pudeur. 

Chacun de nous est abonné à Facebook, WhatsApp, Twitter ou bien d’autres réseaux sociaux. Les uns pour maintenir leurs liens avec des proches, les autres pour parler de leurs activités et faire des affaires. « Il existe beaucoup de groupes de discussion qui apportent une véritable contribution à la bonne marche des choses. Et beaucoup de problèmes ont pu trouver solution grâce aux réseaux sociaux », affirme Bassiratou Kindo, journaliste et présidente de l’association burkinabè des blogueurs.

Un point de vue qu’Alain Traoré, dit Alino Faso, partage, lui qui est célèbre sur la toile pour ses incessants appels et soutiens aux personnes en détresse qui manquent de moyens pour se prendre en charge. Pour lui, les réseaux sociaux sont des canaux proches des gens et efficaces pour récolter des ressources au profit de ceux qui sont dans le besoin.

Mais le contrôle des informations qui défilent sur la toile échappe facilement à tous, même à l’autorité de régulation de l’information. Une situation qui compromet les efforts de réglementation de ce milieu difficile, posant ainsi une problématique complexe et délicate à résoudre.

basseratouAinsi au quotidien, il n’est pas étonnant de voir des internautes s’attaquer violemment à des personnes sans être inquiétés avec des faux comptes ou même des vrais.

 « Les réseaux sociaux sont un autre monde. Un monde virtuel qui doit aussi avoir des règles de conduite. Autant il y a des règles dans la vraie vie, autant il en faut pour les réseaux sociaux mais pas à aller jusqu'à limiter la liberté des opinions», nous déclare la présidente de l’association des blogueurs.

 Parce que tout et n’importe quoi se retrouve sur Internet, il faut donc du bon sens afin de pouvoir faire un choix éclairé des personnes et des pages que l’on peut suivre, pour tirer un bon profit de cette présence sur la toile.

alinoPour Alino Faso, «  les réseaux sont plutôt un tremplin pour faire des rencontres avec des amis,  pour booster, faire évoluer ses propres affaires. C’est aussi un moyen pour des revendications syndicales. Malheureusement, certains en font un ring pour des règlements de comptes. C’est comme dans la vie courante, si vous lancez un boomerang il vous reviendra en pleine figure. Les injures ne devraient pas avoir leur place sur les réseaux sociaux». Les efforts d’Alino Faso, qui consistent à lancer des collectes de fonds sur les réseaux sociaux, lui ont même valu la reconnaissance du gouvernement burkinabè. Ce succès, il le doit aux généreux donateurs mais aussi au bon usage qu’il a su faire des réseaux sociaux.

Internet est aujourd’hui incontournable dans la marche de la société. Car rapprochant les uns des autres et faisant de la planète Terre un gros village, avec des voisins qui communiquent sans vraiment sentir la distance. Son usage incontrôlé peut cependant nuire à l’internaute et à toute la société. La responsabilité de l’autorité mais aussi des pouvoirs publics sur le contenu des publications sur les réseaux sociaux est donc interpellée.

Pema Neya (Stagiaire)

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

15
Oct2019

32 ans après son assassinat, Thomas Sankara toujours d’actualité !

Le 15 octobre 1987, le capitaine Sankara et ses compagnons sont abattus au Conseil de l’entente. 32 ans après cette fin tragique du père de la révolution d’août 1983, ce...

15
Oct2019

Commémoration de l’assassinat du président Thomas Sankara : 32 années après, le constat est que des actions de la révolution résistent au temps

15 octobre 1987-15 octobre 2019, cela fait 32 ans, jour pour jour, que le père de la révolution burkinabè a été fauché par des balles assassines. 32 années après cette...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public