mardi 18 février 2020

Mise en place de la Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB) : Les acteurs dénoncent une immixtion du ministre des Transports et menacent d’aller en grève si…

teur uneUn projet de création d’une faîtière des acteurs du secteur des transports est en gestation depuis quelques mois. Ce sont les dix-neuf syndicats de transporteurs burkinabè qui sont à l’initiative de ladite faîtière. Ce mardi 14 janvier 2020, les acteurs du secteur des transports, lors d’une conférence de presse, non seulement ont dénoncé « les tergiversations » du ministre des Transports dans la mise en place de la Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB), mais menacent aussi d’aller en grève si la situation n'évolue pas.

Les conférenciers ont d’abord fait part de leur inquiétude sur « la lenteur » dans la mise en place de leur nouvelle structure, la FUTRB, « tant attendue par le monde de l’industrie et du transport routier et garante de l’approvisionnement de notre très cher pays ».

«Face aux tergiversations du premier responsable du ministère des Transports dans la mise en place de cette faîtière qui, à notre sens, reposent sur des raisons subjectives, nous, membres des organisations socioprofessionnelles des transporteurs routiers du Burkina, exigeons la tenue immédiate du congrès constitutif de la FUTRB », a martelé Bonaventure Kéré, secrétaire général de la  Fédération nationale des acteurs du transport routier du Burkina (FENAT)   dans sa déclaration liminaire.

« Les transporteurs s’entendent. Ils sont parvenus à un consensus de départ, ils ont même ébauché le squelette d’un bureau dirigeant. Ils ont signé un mémorandum, ont signé un protocole d’accord, ils ont tenu des réunions avec des procès-verbaux (P-V) dans lesquels ils ont marqué leur accord. Toutes les organisations avaient signé ces P-V. Jusqu’à ce jour, lorsque ça arrive au niveau du ministère, c’est retoqué pour des raisons que finalement nous pensons  subjectives », explique M. Kéré.

teur 3A la question de savoir quelle est la position actuelle des chauffeurs frondeurs, il répond : «Nous savons qu’il y a une centrale des chauffeurs au Burkina Faso qui est l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB), laquelle collabore bien avec les transporteurs et s’est engagée aux côtés de cette faîtière en gestation. Donc le problème ne vient pas des chauffeurs. Mais lorsque nous partons rencontrer le ministre, il nous recommande toujours l’entente parfaite. Lorsqu’il y a eu trois candidatures à un poste dans le bureau, nous nous sommes dit que la voie idoine, c’est de nous départager d’une manière démocratique, mettre ces postes en jeu et les 19 organisations vont voter. Tout cela n’a pas rencontré l’assentiment de nos autorités. C’est pourquoi nous disons que leur attitude est un peu subjective.» 

Ainsi, les conférenciers «rejettent avec fermeté la position du ministre des Transports pour son désir de gérer le fret généré par le commerce extérieur du Burkina ».

Selon la déclaration, une correspondance a été déposée depuis le 2 janvier 2020 dans ce sens au premier ministère.

«Passé le délai du 15 janvier 2020, nous serons dans l’obligation d’observer un arrêt du trafic de tous les produits à destination du Burkina Faso, les livraisons et le transport des voyageurs sur toute l’étendue du territoire jusqu’à la mise en place de notre faîtière qui est source d’espoir pour nous», a indiqué le secrétaire général de la FENAT.   

Aly Tinto

 

  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires