Abonnez-vous à nos newsletters

ecole pAprès trois mois de repos, de distraction, de voyage etc., l’heure est aux retrouvailles des élèves et enseignants dans les salles de classe. A l’aube de la rentrée scolaire 2018-2019, ils sont nombreux les parents qui se bousculent dans les librairies, alimentations, boutiques et même chez les tabliers. Tous sont en quête des manuels scolaires, pour équiper leurs progénitures, afin de leur assurer une bonne moisson en fin d’année scolaire. Cette rentrée scolaire est une période redoutée et stressante pour les parents d’élèves.


Les rentrées scolaires sont synonymes d’insomnie pour beaucoup de parents. En effet, nombreux sont ceux qui redoutent cette étape scolaire des enfants dans la mesure où cela demande des dépenses supplémentaires. Il s’agit entre autres des frais de scolarité, des fournitures scolaires, des tenues scolaires et même des chaussures. Tout cela nécessite que les parents mettent la main à la poche. « Je reviens de l’école de mon enfant. Là-bas j’y ai laissé près de cent cinquante mille franc pour le premier versement des frais de scolarité, et je me rends maintenant dans une libraire pour les fournitures » confie M. TRAORE, un parent d’élève.
Un tour dans les établissements, on y voit un défilé de mode des parents d’élèves et une ligne file d’attente devant les caisses, regroupant essentiellement les parents attendant leur tour pour s’acquitter de leur devoir de parent. D’autres assis devant les bureaux, des responsables d’établissements se succédant l’un après l’autre, sont en quête de place pour leurs enfants, ce qui s’avère souvent coûteux, dans la mesure où certains parents sont obligés de soudoyer pour y parvenir.
rentrMme TASOBA, parents de deux élèves, estime qu’il n’y a aucune particularité en cette rentée scolaire. « Cette rentrée est comme toutes les autres années. Les fournitures sont chers comme d’habitude, idem pour les frais de scolarité. Ce sont les mêmes angoisses », s’indigne-t-elle. Un avis qui n’est pas partagé par les vendeurs de fournitures scolaires qui estiment que les prix des manuels ont relativement baissé cette année par rapport aux années antérieures. « Il faut noter que cette année particulièrement, les fournitures sont moins chers que les autres années. Par exemple, en ce qui concerne les livres, il y a beaucoup de gens qui en produisent, cela contribue dans la réduction du prix des livres ». explique M. KIEMA, libraire.
Ce qui est paradoxale, c’est que les vendeurs de manuels scolaires qui sont censés faire de bonnes affaires en cette période de rentrée scolaire, ne se frottent pas les mains. La cause de la morosité du marché selon eux, est l’abondance des produits « France-au revoir ». Les clients ne veulent pas payer. Ils préfèrent les sacs « France au revoir » pour les enfants, parce qu’ils jugent nos sacs très coûteux, pourtant c’est la qualité. Tous nos sacs sont originaux. Les prix varient entre 2000 et 15000 francs CFA. Le problème aussi, c’est qu’en cette rentrée tout le monde vend des sacs », confie tristement Alassane OUDRAOGO, vendeur de sacs.
Même son de cloche du côté des librairies. « Ces dernières années, le marché tourne au ralenti, parce que de plus en plus n’importe qui vend les fournitures scolaires à l’approche de la rentrée scolaire. Au bord de la route, dans les alimentations et les boutiques, partout, on peut avoir les fournitures scolaires exposées à la vente. Tout cela joue sur l’affluence des clients ». note M. KIEMA.
Dans le but d’assurer un avenir radieux à leurs enfants, les parents se disent prêts à laisser jusqu’à la dernière pièce. Pour eux, l’hémorragie financière subie sera vite oubliée, si l’enfant s’évertue au travail et ramène de bons résultats scolaires à la fin de l’année.

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

23
Mar2019

Utilisation des « secrets de femmes » : « Certains produits vendus sur le marché et introduits dans le vagin représentent un danger pour la paroi vaginale, car ils la détruisent », Dr Yacouba Ouattara

Autrefois principalement utilisés par des Sénégalaises et des Maliennes, les « secrets de femmes » sont également entrés, au fil du temps, dans les mœurs des femmes burkinabè. Pour assurer la satisfaction...

22
Mar2019

Procès du putsch de septembre 2015 / interceptions téléphoniques du général Bassolé : « Ça démontre que le général Bassolé était plus qu’un complice. Il était un acteur. Il était dans la stratégie du chaos et de la terre brûlée », Me Kam

La diffusion des bandes sonores montrant la culpabilité de certains accusés et déchargeant d’autres dans le cadre du procès du coup d’Etat de septembre 2015 se poursuit au tribunal militaire...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public