IMG 20181107 WA0000Le mardi 06 novembre 2018, s’est tenue à Ouagadougou, au service des  passeports, une conférence de presse de l’Union  Police Nationale (UNAPOL). Cette rencontre avec les hommes de médias avait pour objectif de présenter  un nouveau bureau de cette organisation syndicale de la police burkinabè. Composé de 11 membres, ce bureau dirigé par le commissaire Bonsdawendé Armiyaho Zongo est différent de celui dont D. Honoré Kientéga est le Secrétaire général.

D’entrée de jeu, c’est le secrétaire à la communication et aux relations extérieures, l’officier de police Ibrahima Kiénou, qui a planté le décor de la conférence en ces termes : « Il y a une divergence au sein de l’UNAPOL » avant de passer la parole à son Secrétaire général, qui a décrit une situation peu reluisante de leur syndicat. Comme il fallait s’y attendre, le commissaire principal de police Bonsdawendé Armiyaho Zongo a fait savoir que l’UNAPOL est confrontée depuis le mois de mai à une insécurité juridique. Et cela, à cause de la fin du mandat de l’ancien bureau et du retard de renouvellement de cette instance dirigeante. Pour pallier cette situation irrégulière, un congrès ordinaire au sortir duquel le bureau devait être renouvelé a été convoqué, mais la rencontre a avorté. C’est finalement une assemblée générale extraordinaire élective, tenue le 24 septembre 2018, qui a placé ce bureau à la tête du syndicat. 

Après sa déclaration liminaire, il y a eu un jeu de questions-réponses avec les hommes de médias au cours duquel le principal orateur de la soirée a déclaré qu’il y a un seul syndicat de la police nationale, dénommé UNAPOL, lequel n’a qu’un bureau qu’il dirige. Tout en reconnaissant que des divergences existent entre son bureau et celui de son « homologue » D. Honoré Kientéga,  Bonsdawendé Armiyaho Zongo a déclaré : « Nous devons nous entendre et nous allons nous entendre, nous sommes tous policiers, nous sommes des collègues, nous sommes des amis. Tous les membres de l’ancien bureau sont mes amis, de même que tous les autres membres de ce bureau. Nous allons les approcher, demander leurs conseils ; nous allons travailler ensemble. »

 

 

                                                                              IMG 20181107 WA0001Le présidium lors de la rencontre avec les hommes de médias.

 

                                                        Quel fantôme hante les syndicats de police ?

Pour éclairer davantage nos lecteurs sur cette affaire, nous avons procédé à un recoupement d’informations à travers les écrits de nos confrères de L’Observateur Paalga  du 27 septembre 2018 et du journal Le Pays du 02 octobre 2018 qui avaient traité du sujet dans leurs colonnes en pointant du doigt les divergences entre les membres des deux camps. En outre, nous avons rencontré certains membres du bureau UNAPOL du commissaire Honoré Kientéga, puisque désormais il y en a deux, pour en savoir davantage sur la situation. Ces derniers contestent la légitimité du nouveau bureau, ne reconnaissent que le leur et crient à la manipulation. Voici les principales raisons avancées : d’abord, ils dénoncent un vice de procédure dans la validation des candidatures de certains membres du nouveau bureau, qui non seulement n’ont pas de carte de membre, mais aussi ne sont pas à jour de leurs cotisations. Ensuite, ils considèrent que l’instance ayant convoqué les élections n’en a pas la prérogative. Enfin, ils trouvent étonnant que leur ministre de tutelle ait  reçu ce nouveau bureau et qu’il lui ait par ailleurs adressé une lettre de félicitations le 27 septembre dernier, au moment où celui-ci n’avait pas encore de récépissé. En plus de ce conflit de leadership au sein de l’UNAPOL, il y a le fait qu’un autre syndicat dénommé Alliance de la Police, bien qu’ayant sa déclaration d’existence, a été sommé de suspendre ses activités.

A notre humble avis, cette cacophonie n’honore pas la Police, pas plus qu’elle ne profite au gouvernement et au peuple burkinabè, qui ont pourtant besoin de la cohésion au sein de ce corps paramilitaire afin que puissent être relevés les défis sécuritaires qui se posent actuellement avec acuité.

Saâhar-Iyaon Christian SOME BEKUONE

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public