Abonnez-vous à nos newsletters

restauration une« Une bonne alimentation scolaire contribue à l’accroissement du taux de scolarisation, à l’augmentation de la fréquentation scolaire et à l’amélioration de la situation nutritionnelle de la population infantile », affirme Mme Diarra Dioumé Cissé, agent de santé. Si les écoles constituent des lieux privilégiés pour promouvoir la santé des enfants, elles peuvent aussi être des réservoirs de maladies, surtout dans le cas d’une offre alimentaire informelle mal organisée. Alors quelles précautions prendre pour une bonne réglementation de ce genre d’activité pour garantir une hygiène alimentaire dans ces espaces communément appelés petits marchés ?

Au Burkina Faso, de manière générale, des mets sont proposés aux élèves pendant la récréation et les différents temps de pause. Pour les établissements les mieux organisés, un espace est aménagé à l’intérieur pour accueillir différentes vendeuses. Ainsi, dans certains lycées tels que les lycées municipaux Bambata et Vénégré ainsi que le complexe scolaire Jeunesse pour Christ, le constat diffère. Au Bambata, le petit marché est occupé par 11 femmes qui proposent des mets constitués de gâteaux salés et sucrés, de sandwiches, de brochettes ainsi que de l’eau glacée, du jus et du yaourt sur l’aire du terrain de sport pendant la récréation. Pour le proviseur de ce lycée, Souhmaila Siemdé, « c’est suite à un recrutement que ces femmes ont été retenues. Comme contribution, elles payent une somme forfaitaire de 10 000 francs par mois au nom de l’ensemble ».

S’agissant du lycée municipal Vénégré, un espace de 18 hangars y a été aménagé pour servir de petit marché. Pour y accéder, une démarche auprès de l’administration de l’établissement est l’un des préalables. En outre, chaque femme doit s’acquitter d’une contribution mensuelle de 2 000 francs CFA pour l’occupation de l’espace.

En revanche, pour ce qui est du complexe scolaire Jeunesse pour Christ, aucun espace n’est aménagé à cette fin en son sein : les femmes s’installent à leur gré aux alentours de l’établissement scolaire, exposant de ce fait les aliments qu’elles vendent à l’air libre.   

« Si des contrôles inopinés sont faits par moments dans ces petits marchés, force est de reconnaître qu’ils ne sont pas poussés », déplore Biyé Bagué, proviseur du lycée. Pour lui, les visites des services qualifiés pour le contrôle, en l’occurrence ceux de l’hygiène, sont très rares.

restauration 2En outre, comme difficultés, les responsables de ces établissements d’enseignement pointent du doigt l’installation anarchique des marchandes d’aliments à proximité de leurs écoles sous leur regard impuissant. Les proviseurs interpellent donc la municipalité sur ce phénomène car, expliquent-ils, « nous ne pouvons que réglementer à l’intérieur de nos établissements. A l’extérieur, nous ne sommes pas compétents pour le faire ».

restauration3Au-delà de ces difficultés soulignées par ces responsables d’établissement, il faut noter que l’analphabétisme de la quasi-totalité des vendeuses est un facteur favorisant la mauvaise hygiène alimentaire dans ces espaces scolaires. Ne sachant pas lire la date de péremption des produits manufacturés, ces dernières exposent souvent les élèves à des risques d’intoxication alimentaire. De plus, aucun contrôle n’est fait au niveau du lieu de préparation et de conservation de ces mets vendus aux apprenants.

Pour un mieux-être sanitaire de la relève que sont les élèves, cet aspect de la vie scolaire devrait être pris à bras-le-corps par les acteurs de l’éducation à toutes les échelles.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

19
Aoû2019

Salifou Diallo, ministre de l’Agriculture dans une de ses vies

Il y a deux ans, Salifou Diallo passait l’arme à gauche. Celui qui a été présenté comme un grand stratège politique, un faiseur de rois et acteur majeur de la...

19
Aoû2019

Culture vivrière et culture de rente : Quelle est la plus prisée dans la province du Ioba ?

Le coton, encore appelé l’or blanc, est beaucoup cultivé dans la province du Ioba. Outre cette spéculation, sont aussi produits le maïs, le mil et l’arachide. A la question de...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public