jeudi 2 décembre 2021

Prévention de l’anémie : La consommation d’aliments riches en fer incontournable

 

anem uneSelon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 25 % de la population mondiale souffre d’anémie. C’est un appauvrissement du sang caractérisé par une baisse de la qualité ou de la quantité des globules rouges, qui sont des cellules qui servent à transporter l’oxygène dans le sang, lequel entraîne un état de faiblesse. L'anémie a des symptômes différents en fonction de sa gravité et il existe plusieurs types d’anémies, la plus courante étant celle liée à la carence en fer. D’où la nécessité, dans le cadre de la prévention, de mettre l’accent sur la consommation d’aliments qui en contiennent.

Plusieurs conditions peuvent expliquer la survenue d’une anémie. Il s’agit, entre autres, des carences en fer ou en vitamines ou encore de maladies chroniques ou de la moelle osseuse, ou d’une hémorragie, c’est-à-dire un écoulement de sang à l’extérieur des vaisseaux sanguins. On distingue plusieurs types d’anémies, la plus répandue étant l’anémie ferriprive, causée par  des menstrues abondantes et une alimentation pauvre en fer. L’anémie peut aussi être causée par une carence en vitamines, entraînant la production de globules rouges déformés et très gros. Les plus courantes sont celles causées par une carence en vitamine B12 ou en vitamine B9 (acide folique). Certaines  maladies chroniques et parfois leurs traitements peuvent également réduire la quantité de globules rouges qui circulent dans le sang. C’est le cas du cancer et des maladies inflammatoires comme l’arthrite rhumatoïde ainsi que l’insuffisance rénale. Il faut aussi noter qu’une perte de sang importante survenue après un grave accident, une intervention chirurgicale ou un accouchement peut rapidement causer une anémie. De plus, les saignements réguliers du nez ou des gencives non traités peuvent provoquer à la longue une anémie.

Les personnes souffrant d’anémie présentent généralement des signes de pâleur, d’essoufflement à l'effort comme au repos, une fatigue persistante, des palpitations et étourdissements, des vertiges ainsi que des maux de tête, mais également des difficultés à se concentrer. Celles à risque sont très souvent les femmes ayant des règles abondantes, celles enceintes ou qui allaitent car elles peuvent présenter des carences nutritionnelles et donc développer une anémie. Il en est de même pour les personnes âgées, dont l’absorption des vitamines peut être compromise, et des enfants avec une alimentation peu riche en fer. Sans oublier les personnes dont l’hérédité les prédispose à l’anémie, celles atteintes d’une maladie chronique, auto-immune ou d’un trouble gastro-intestinal.

Parce que la plupart des anémies découlent de carences alimentaires, il est nécessaire, dans le cadre de la prévention, de soigner son alimentation en apportant quotidiennement à l’organisme des protéines, du fer, de l’acide folique et de la vitamine B12. Selon Yasmine Zerbo, diététicienne, on en trouve généralement dans les aliments comme « la viande de bœuf,  la volaille, le foie, le boudin, le rognon les légumes verts tels les épinards, l’oseille, la salade verte, la tomate, la betterave, le persil, les céréales bios, les légumineuses telles les lentilles, le haricot, les pois de terre ou le soja, le sésame, les fruits comme la pastèque, les raisins, les dattes, le jaune d’œuf, etc. » A ceux qui souffrent déjà d’anémie la diététicienne recommande la consommation à jeun d’un jus bio fait à partir d’un bouquet de persil et du jus d’un citron passé au mixeur ou infusé avec une tasse d’eau.

Armelle Ouédraogo

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>