« Ecole Digitale » : Une plateforme de cours gratuits en ligne

plf uneIsidor Bouda et Fabrice Guéné ont développé une plateforme d’apprentissage en ligne, à but social, basée sur le programme d’enseignement national. L’objectif, à en croire l’un des concepteurs du projet, est de permettre aux élèves de garder un bon niveau en attendant la réouverture des classes. Plus tard, ils comptent labéliser leur plateforme.

Permettre aux apprenants de rattraper leur retard et même de prendre de l’avance avant leur retour en classe, tout cela en ligne, telle est l’ambition des concepteurs de la plateforme « Ecole Digitale », Isidor Bouda et Fabrice Guéné.  « Nous avons eu l’idée de créer « Ecole Digitale » du fait de la crise sanitaire liée à la maladie à coronavirus », explique l’un des concepteurs du projet «Ecole Digitale », M. Bouda. Lancée sur fonds propres, cette plateforme a pour objectif, selon lui, de permettre aux élèves de continuer les cours en attendant la réouverture officielle des salles de classe. A l’en croire, la conception de cette ressource numérique d’aide à l’apprentissage qui vient d'être lancée a débuté en avril. Les cours de la classe de 3e, dit-il, sont déjà disponibles sur la plateforme. « Tous les cours sont en ligne, sauf ceux d’Education physique et sportive (EPS). La programmation des classes de terminale sera faite à la fin de la semaine », a précisé Isidor Bouda. Les matières seront accessibles aux formats texte et vidéo si l’enseignant le souhaite. Le format préconisé est le numérique.

plf 2A défaut, les cours reçus au format papier pourront être numérisés et mis en ligne. A la question de savoir si cela n’occupe pas tout son temps, Isidor Bouda a répondu que tout est une question d’organisation. Pour lui, pour entreprendre il faut consentir certains sacrifices pour réussir. La mise en ligne des cours a été possible grâce à l’adhésion de plusieurs enseignants qui ont, de façon volontaire et bénévole, accepté de se joindre au projet, foi de M. Bouda. Ils nous ont fourni des cours pour qu’on puisse les mettre en ligne. « Il y a aussi des inspecteurs qui nous appuient en vérifiant si les cours qui nous ont été fournis sont de bonne qualité », a-t-il déclaré.

Les géniteurs de « Ecole Digitale » ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. C’est pourquoi la prochaine étape, à en croire Bouda, sera de labéliser les cours avec l’appui du ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la promotion des langues nationales. « Je demande aux bonnes volontés qui voudraient nous soutenir de ne pas hésiter à le faire afin que notre projet serve véritablement », a terminé notre interlocuteur.

 Obissa