Nouveau bitume  de l’avenue des  Tensoba : Les riverains insatisfaits de l’infrastructure

bitt uneLong  de 7 km, le nouveau bitume de l’avenue des Tensoba, tronçon échangeur de l’Est - CFAO (à la ZAD), est presque terminé. C’est l’une des meilleures voies de la ville de Ouagadougou. En attendant son inauguration officielle, Radars Info Burkina est allé à la rencontre des riverains de cette voie pour recueillir leurs appréciations sur cette infrastructure routière. Si  la qualité de la voie est hautement appréciée, ce n’est pas le  cas de la manière dont elle est construite.

Les usagers de l’avenue des Tensoba, tronçon échangeur de l’Est - CFAO, font le constat d’une voie moderne presque terminée. Le bitumage de cette voie a  occasionné le déplacement de plusieurs commerces et le blocage de certaines voies des quartiers appelées « six mètres ». Au moment où l’infrastructure est presque terminée et doit être livrée aux autorités, les riverains, eux, dans leur majorité, trouvent que la voie est mal construite, car non seulement il n’y a pas de passage  pour descendre, mais en plus la route est trop proche des boutiques et des maisons riveraines ; donc difficile d’y avoir accès.

Sayouba Yoda est propriétaire d’une alimentation au quartier Dassasgho. Selon lui,  la manière dont cette voie est construite n’arrange pas les commerçants. bitt 2« Je n’ai rien à dire car même si je parle, rien ne va changer. La voie est déjà faite ! C’est vrai que la voie est bonne mais elle ne profite pas à nous, les commerçants riverains. Tu vois, non seulement elle est trop haute, mais en plus il n’y a même pas de passage pour descendre. Pire, il n’y a pas d’espace pour se garer. Même ce ‘’six mètres’’ que tu vois là, ils l’avaient bloqué.  C’est parce que les gens ont manifesté qu’ils l’ont rouvert, sinon avant, depuis le feu de la station Total jusqu’à l’échangeur de l’Est,  il n’y avait pas de passage pour descendre. Avant, j’avais un hangar ; maintenant je ne peux plus mettre ça. La dernière fois il y a un client qui est venu avec son véhicule et il a percuté la moto de quelqu’un d’autre puisqu’il n’y avait pas de passage. Il a dû dédommager le propriétaire de la moto. Tu crois que ce client-là va revenir ici ? » Se plaint-il. Selon lui, si les caniveaux étaient bien construits, on  n’aurait pas besoin d’élever la voie de la sorte. « Je ne suis pas ingénieur mais je pense que la qualité d’une voie, c’est aussi les caniveaux. Mais ceux qu'ils ont faits sont petits », a-t-il déclaré.

bitt 3Plus loin, Boureima Ouédraogo   partage l’avis de Sayouba, mais reconnaît la qualité de cette artère. « On a tous suivi comment ils ont fait la voie là, c’est une voie qui va beaucoup durer, mais la manière dont ils ont fait ça là, ce n’est pas bien. Comment on peut faire descendre un ‘’six mètre’’ directement devant le portail de quelqu’un à 3 ou 4 mètres ? Un véhicule ne peut même pas passer ici », fulmine-t-il.  Selon lui, la hauteur de la voie ne pose pas problème car d’après lui, le boulevard Charles de Gaulle était également très haut au départ mais ça ne se voit plus de nos jours. A son avis, le problème est que l'avenue des Tensoba est trop proche des maisons et qu’il n’y a pas de passage pour en descendre.

 Salif Tondé fait du commerce du côté de la mairie de Bogodogo. Lui non plus ne dit pas le contraire. Selon lui, la nouvelle voie est de bonne qualité, mais n’arrange pas les riverains, surtout les commerçants. Les riverains pointent du doigt également le modèle des passages pour cyclistes handicapés au niveau des virages des pistes cyclables. En effet, nombre d’usagers de la route sont déjà tombés dans ces cavités.

Barthélémy Paul Tindano