Alerte messagerie des opérateurs de téléphonie : « Le but, c’est de distraire la conscience des jeunes », dixit Moussa Toko

rzo uneAu Burkina, le secteur de la téléphonie mobile est un oligopole. Ce qui réduit la concurrence dans le secteur et contraint les clients à garder leurs abonnements, même en cas de préjudices. Radars Info Burkina s’est intéressé aux messages que ces réseaux envoient à leurs abonnés. Quels types de messages envoient-ils ? Comment les abonnés vivent cette situation ? Sont-ils d’accord avec la pratique ? Voilà les questions que nous avons adressées à nos interlocuteurs, dont la plupart sont du monde estudiantin.

Eustache Zoungrana est étudiant en Licence 3 d’Histoire et archéologie à l’université Joseph Ki-Zerbo. Pour ses besoins en matière de communication, il utilise Orange Burkina et Moov Africa. Il précise recevoir en moyenne entre 8 et 10 messages par jour d’Orange Burkina et entre 6 et 7 de l’autre réseau. Moussa Toko, un autre étudiant de la même classe, reçoit aussi des messages du même type et avec la même fréquence de six à dix par jour selon que l’on considère l’un ou l’autre de ces deux réseaux. Mais en plus des deux réseaux, Moussa est aussi un abonné de Telecel Faso. Le réseau qui envoie moins de messages que les autres, selon lui. Pour chaque réseau, est-ce le même canal qui vous partage les messages ? Les réponses à cette question furent des plus agressives. « Quel même canal ? » questionne Moussa avant de répondre « C’est par plus de six canaux que Moov passe pour m’envoyer ses messages. Quant à Orange c’est plus de dix ». Boureima Sari, un compagnon de Moussa, appuie ses propos, « Personne ne peut compter le nombre de canaux pour Orange. C’est trop ».

azkaEn tentant de dénombrer avec eux, nous avons relevé le 888, Telecel et Clientèle comme canaux d’alertes messagerie pour Telecel Faso. Pour Moov Africa c’est le 1102, le 1100, Moov-Info, Moov Money, Nanan, le 1126, etc. Concernant Orange Burkina, l’on retrouve plus de vingt canaux. On peut citer le 3416, le 432, le 433, le 115, le 147, le 103, le 777, le 337, le 232, le 311, le 328, le 248, le 242, le 314, le 334, le 530, le 282, le 321, BONUS, ORANGE et CHOCO. Et journellement, c’est une dizaine d’entre ces canaux que le réseau emploie selon nos interlocuteurs

Des messages qui appellent à participer à des jeux ou souscriptions payants

Quels types de messages vous envoient ces réseaux ? Eustache répond : « Ce sont des messages qui appellent à participer à des paris sportifs ou culture générale, à des jeux vidéos ou à faire des souscriptions à des alertes sur l’actualité ou sur des maladies comme le cancer ». Il ajoute que lui, il participe souvent à leur jeu sur le football et ça lui coûte entre 25 à 50 F par message et parfois même 100 F. Mais, précise-t-il, « c’est uniquement aux jeux qui récompensent des mégas qu’on peut gagner ». Fouinant dans son Android Boureima Sari présente un message d’Orange Burkina qui lui a coûté 100 F. « Que fais-tu ? Ton no. 7518… n’a toujours pas récupéré les points bonus pour ta recharge du 08/04. Envoie BONUS au 311. Le Pack surprise 2 x 500Mo à gagner », lit-on dans ce message. Ayant cru à un bonus de fidélité, le bonhomme va vite envoyer le mot « BONUS » comme le lui demandait le réseau. Quelle ne fut sa déception, quand le réseau lui a demandé de continuer le jeu, en réponse au mot « BONUS » qu’il avait envoyé. Pire, il avait été facturé à 100 F. Sali Kaboré, étudiante en 2e année de SEG à l’Université Ouaga II, abonde dans le même sens. « Quand tu commences à jouer on te coupe des unités »? explique-t-elle. Elle ajoute que le réseau (Orange ndlr) propose le jeu par une question banale. Dès que l’abonné y répond, les questions s’enchaînent sous forme de niveaux à passer.

Les préjudices au quotidien sont énormes

Les exemples de préjudices dont font cas nos interlocuteurs sont légion. Sali Kaboré se plaint des souscriptions que les abonnés font contre leur gré. « J'ai une amie à qui on coupe régulièrement des unités pour une sonnerie qu’elle aurait souscrite involontairement. Non seulement elle ne sait pas comment c'est arrivé, mais elle essaie de désinscrire en vain », s’indigne-t-elle. rzo 3Autre chose qui révolte notre interlocutrice, ce sont les appels émis par ces réseaux. Elle confie en avoir été victime une fois. « C’était l'année dernière, raconte-t-elle. J'étais à la recherche d'emploi et j’avais mes dossiers déposés un peu partout. Un jour je reçois l’appel d’un 25. J'ai essayé de décrocher mais c'est vite coupé. J'ai commencé à paniquer et pendant une semaine j’ai tenté de les rappeler en vain. Heureusement pour moi, un autre jour je reçois l’appel du même numéro. Je m’empresse de décrocher et je constate que c'était le réseau. Sur place, je voulais gifler la personne qui était à l’autre bout du fil. Parce que pendant plus d’une semaine j’ai été dans le traumatisme à cause d’eux ». Pour Eustache Zoungrana, ce sont les heures et les fréquences d’envoi des messages qui lui portent préjudice. « Parfois à une heure tardive mon téléphone me réveille, juste à cause d’un message du réseau ». Madame Sawadogo, une fonctionnaire du public, ajoute qu’il y a des gens qui ratent des messages importants à cause de ce tapage publicitaire. Et Yarbanga Patinré, étudiant en deuxième Allemand, d’enfoncer le clou en ces termes : « Ils (les réseaux ndlr) dérangent trop. Ce sont eux qui n'ont pas une bonne qualité de réseau, c'est encore eux qui embêtent les gens. »

Orange accusé de jouer avec la conscience de la jeunesse en vue de saper sa créativité

rzo 4La plupart de nos interlocuteurs ont des griefs contre Moov Africa, mais encore plus contre Orange Burkina. La raison est toute simple : c’est, à leur avis, le réseau qui fait le plus de matraquage publicitaire. « Il faut qu’Orange et Moov diminuent le nombre de messages qu’ils envoient par jour », peste dame Sawadogo. Elle propose à ces derniers de cibler les centres d’intérêt des abonnés. « Lorsqu’on t'envoie le même message depuis plus d’un mois et que tu n’y réagis pas, c'est que ça ne t'intéresse pas. Et il faut arrêter de harceler la personne », a-t-elle soutenu. Sali Kaboré propose auxdits opérateurs téléphoniques de créer des applications ou des sites où ils mettront toutes leurs offres promotionnelles et publicitaires. Ce qui, selon elle, va permettre de réduire considérablement le nombre de messages envoyés aux abonnés.

Patindé Yarbanga est très remonté contre ces réseaux téléphoniques. « C'est trop de messages envoyés par jour. Moov en envoie plus de 10. Orange, on n’en parle pas. Comment voulez-vous qu’on gère cela ? » s’interroge-t-il. Et de poursuivre : « C’est contre-productif. Lorsque vous êtes concentré et qu’ils vous envoient un message, ça vous distrait. A la fin de la journée si vous faites un petit bilan vous constatez que c’est un temps précieux que vous avez perdu dans des futilités. Moi, je crois que ce sont là des instruments pour nous appauvrir davantage. Et la jeunesse n’y prête pas attention. Il faut qu’on soit attentif à ce jeu de colonisation économique et financière si on veut sortir la tête de l’eau. N’oublions pas qu’Orange et Canal+ ont une mission en Afrique, à savoir distraire la jeunesse en concentrant son attention sur des futilités. Ainsi, nous ne grandirons jamais avec une morale ou une conscience. Nous serons, comme disent les économistes, des facteurs de production pour leurs économies. Et comme l’avait dit Sankara, conclut le jeune homme, « l’impérialisme se trouve aussi dans les plats de riz que nous mangeons. Comprend qui peut ».

Etienne Lankoandé