jeudi 29 octobre 2020

Tabaski 2020 : L'imam Abdallah Ouédraogo insiste sur la nécessité de préserver le vivre-ensemble, la cohésion sociale et la paix

tabask uneNombreux sont les fidèles musulmans qui ont bravé la pluie matinale de ce vendredi 31 juillet pour prendre part à la prière de l'Aïd el-kébir à la place de la Nation à Ouagadougou. Cette année, c’est El hadj Abdallah Ouédraogo, imam de la Patte-d'oie, qui a dirigé la prière, l'imam  Aboubacar Sana étant présentement en soins.

C'est à 9h, sous une pluie commencée quelque 3 heures plus tôt, que la prière de l’Aïd el-kébir a débuté à la place de la Nation. Si certains fidèles, grâce aux tentes dressées pour la circonstance, étaients à l'abri des gouttes qui tombaient du ciel, d'autres par contre étaient exposés à l'intempérie.

Parmi les personnalités présentes à la célébration de cette fête hautement importante pour la communauté musulmane, il y avait le président de l'Assemblée nationale burkinabè, Alassane Bala Sakandé, le ministre de l'Administration territoriale, Siméon Sawadogo, celui de la Sécurité, Ousseni Compaoré, le maire de la ville de Ouagadougou, le gouverneur de la région du Centre, le  Moogho Naaba et le cardinal Philippe Ouédraogo.

L’imam Abdallah Ouédraogo, celui-là même qui a dirigé la prière du jour, a évoqué la « nécessaire cohésion au sein de la communauté musulmane ». tabask 2L'homme de Dieu a, en outre, longuement insisté sur le vivre-ensemble, la cohésion sociale et la paix au Burkina Faso.  « Nous sommes des frères et sœurs et nous vivions ensemble dans la solidarité bien avant l'arrivée des religions. La preuve ? L'existence de plusieurs confessions dans une même famille. Nous devons donc cultiver au quotidien le vivre-ensemble. La violence n'a jamais été la solution à un problème. Ce n'est que dans le dialogue qu'on peut aplanir les divergences », a-t-il insisté.

tabasc 3Il a aussi eu une pensée pour les personnes déplacées internes. Et comme on est en pleine saison pluvieuse, l'imam a profité de l'occasion pour demander à Allah de donner à notre pays une bonne pluviométrie, non sans avoir prié, par ailleurs, pour des élections apaisées.

«Ce que les musulmans commémorent, c'est le sacrifice d'Abraham. Pour les chrétiens comme pour les musulmans, Abraham, c'est le père des croyants. Il a obéi à Dieu jusqu'à accepter de lui sacrifier son fils. C'est vraiment une grande leçon d'humilité pour les croyants du monde. Le prêche de l'imam m'a beaucoup marqué. Son message pour la paix et le vivre-ensemble était très fort. Nous souhaitons que cette fête fortifie notre union entre croyants, entre citoyens, et ensemble nous prions pour une société réconciliée dans la justice et dans la paix véritable et durable. Bonne fête à tous nos frères et sœurs musulmans », a souhaité le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou.

Aly Tinto

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>