jeudi 2 décembre 2021

FESPACO 2021 : L’Etalon d’or de Yennenga est allé à Kadar Ahmed de la Somalie

fspc uneLes rideaux sont tombés sur la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) le samedi 23 octobre 2021 au palais des Sports de Ouaga 2000. C’est « La femme du fossoyeur »  du Somalien Kadar Ahmed qui a remporté l’Etalon d’or de Yennenga. Cette cérémonie de clôture de la fête du cinéma africain a connu la présence de Roch March Christian Kaboré, président du Faso, de son homologue Macky Sall de la république du Sénégal, pays invité d’honneur, ainsi que de nombreuses autres personnalités.

La Somalie, à travers Kadar Ahmed, vient de graver son nom dans le marbre des pays lauréats du FESPACO en remportant le trophée le plus convoité du cinéma africain, l’Etalon d’or de Yennenga, au terme de la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou. Kadar Ahmed succède ainsi au Rwandais Joël Karekezi, lauréat de ce graal en 2019. Représentant le lauréat du prix, Aïda Benneth Kadir a exprimé sa joie de recevoir ce prestigieux trophée qui récompense un magnifique film. « Je récupère le prix pour le lauréat qui très tristement n’est pas là mais on est très fier au studio de pouvoir promouvoir ce film à travers le monde. J’ai très hâte de remettre ce prix à son lauréat, qui le mérite amplement. C’est merveilleux d’avoir un tel témoignage de la part d’un tel festival et de ses pairs. Ce prix va contribuer à mettre davantage en avant le cinéaste et à susciter l’intérêt de tous les exploitants de films », a-t-elle déclaré.

fspc 2Dans le palmarès officiel, l’Etalon d’argent est revenu au réalisateur haïtien Gessica Geneus pour son film « Freda » et l’Etalon de bronze est allé au réalisateur tunisien Meylan Bouzid pour son film « Une histoire d’amour et de désir ». S’agissant du pays hôte du Festival, dans la « section Burkina », le prix du meilleur espoir, décerné par le président du Faso, est revenu à Kiswensida Parfait Kaboré pour son film « Après ta révolte, ton vote » et celui du meilleur film burkinabè, « Les traces d'un migrant », a été obtenu par Delphine Yerbanga. Dans la « section fiction court métrage », Carine Bado a remporté le poulain de bronze avec son film « Zalissa ». Dans la « Section documentaire long métrage », le trophée est revenu à Moumouni Sanou qui a remporté l’Etalon d’or avec son film « Garderie nocturne ». Ce dernier affirme sa joie, à travers ce film qui évoque le visage caché des femmes méconnues ou marginalisées du fait de leur emploi, de recevoir cette distinction. « Recevoir ce prix est une satisfaction mais du coup, c’est une pression qui repose sur mes épaules pour aller chercher plus loin », a confié Moumouni Sanou.

Pour le délégué général du FESPACO, Moussa Alex Sawadogo, un grand défi a été relevé par tous les Burkinabè qui ont montré aux yeux du monde que malgré cette adversité (Ndlr situation sécuritaire et sanitaire difficile) que nous sommes un peuple capable d’organiser de grands évènements. « Personnellement, le défi c’était d’arriver, après un cinquantenaire du FESPACO, à proposer un nouveau souffle, un FESPACO qui va au-delà de son caractère de promotion, de visibilité des films africains, à montrer un Festival qui pourrait ramener les professionnels du cinéma au cœur de celui-ci », a-t-il souligné.

fspc 3Pour le président du Faso, ce FESPACO qui s’est tenu dans un double contexte d’insécurité et de pandémie de COVID-19 a tenu toutes ses promesses. « Tous les acteurs ont exprimé leur joie de prendre part à ce Festival. Cela nous ramène à nos responsabilités de gouvernants pour donner un peu plus de moyens à ce secteur pour le développer », a dit Roch Marc Christian Kaboré. Son homologue sénégalais, Macky Sall, dont le pays était l’invité d’honneur à cette édition, souhaite que le FESPACO continue à éclairer le cinéma africain. « Nous devons accompagner et financer le cinéma africain. Les Africains doivent avoir une part importante dans le financement du cinéma. C’est seulement à ce prix que nous aurons un cinéma libre qui parle de l’Afrique et d’abord pour les Africains. C’est pourquoi au niveau de l’Union africaine, l’idée de soutien à travers des fonds de promotion du cinéma a été mise sur la table pour que chaque pays accompagne ses cinéastes afin que la qualité de notre cinéma soit à la hauteur du cinéma mondial », a souligné Macky Sall. Ce dernier affirme quitter Ouagadougou très satisfait.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) s’est tenu du 16 au 23 octobre 2021 à Ouagadougou. Il a réuni des invités venus de 64 pays du monde. 1500 films de 52 pays ont été enregistrés pour 239 sélectionnés. 500 films ont été projetés au profit de 150 000 festivaliers. Rendez-vous est pris du 25 février au 4 mars 2023 pour la 28e édition du Festival.

Sié Mathias Kam

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>