lundi 26 septembre 2022

Terrorisme et géopolitique en Afrique de l’Ouest : « Seuls les militaires au Mali semblent avoir compris les enjeux, les autres n’iront nulle part » (Komla Kpogli)

pmeeJoint par Radars Info Burkina, le Secrétaire général du Mouvement pour la libération totale et la reconstruction de l’Afrique (MOLTRA), Komla Kpogli, a donné sa lecture de la situation géopolitique et sécuritaire en Afrique de l’Ouest. C’est sans langue de bois que le géostratège togolais a fait des révélations sur le rôle de l’Occident dans l’avènement et la prolifération du terrorisme en Afrique subsaharienne qui n’a pour but que des intérêts géopolitiques. Interview

Radarsburkina.net : Quelles sont les causes exactes du terrorisme en Afrique de l'Ouest ?

Komla Kpogli : La destruction de la Libye, planifiée et exécutée par les Occidentaux, est la cause directe de ce qui se passe aujourd’hui dans cette sous-région. C’était prévisible. Mais ce serait vraiment une faute terriblement naïve de penser qu’il s’agissait là d’une erreur des Occidentaux. Ceux-ci ont prémédité cette destruction en ayant calculé ses conséquences, à savoir une prolifération des groupes terroristes dans ces espaces sans État. Là où il n’y a pas d’État capable d’assurer le minimum d’organisation, d’encadrement et de réponses aux besoins des populations, tous les crimes prospèrent. Ceux-ci, adossés à un fanatisme religieux, conduisent facilement au terrorisme. À force de conserver les soi-disant États africains que nous autres nous appelons « enclos coloniaux » car ce ne sont pas des États, les Africains sont rattrapés par le terrorisme. Nos populations vont payer très cher cette indifférence et ce laxisme collectifs vis-à-vis des « enclos coloniaux » dans lesquels nous jouons aux petits nationalistes coloniaux teintés de régionalisme et de tribalisme saupoudrés de religions importées. Dans ce contexte, ce terrorisme est un élément important sur lequel les Occidentaux fondent et entendent fonder leur présence en vue de contenir la puissance toujours grandissante de la Chine dans ces régions immensément riches. En réalité, ce sont les Occidentaux qui génèrent, laissent prospérer et alimentent ces groupes pour justifier leur présence militaire et stratégique dans ces régions pour mieux y surveiller et contrôler tous les mouvements des autres puissances (Russie et surtout Chine).

Considérant les pays africains comme des « pays de merde », Donald Trump, président des États-Unis d’Amérique de 2017 à 2021, savait qu’une partie importante de la rivalité entre son pays et la Chine se jouait et se jouerait en Afrique. Énervés par l'omniprésence de Pékin sur le continent africain et de la perte d'influence économique de Washington sur ce gigantesque terrain minier et de consommation qu’est l’Afrique, les conseillers de l'administration Trump, sous la direction du guerrier John Bolton, alors conseiller à la sécurité nationale, ont concocté depuis fin 2018 une stratégie de reconquête susceptible de contrer la Chine en Afrique. L'axe principal de ce repositionnement américain sur l'échiquier africain est bâti sur la lutte contre le terrorisme. Il s'agit donc de prétendre la lutte contre Daech, l'État islamique, pour saper progressivement la présence chinoise en Afrique. Voilà pourquoi les États-Unis d'Amérique, à la tête d'une "coalition contre Daech" regroupant désormais 83 pays et organisations lors d'une visioconférence que les américains ont organisée le 15 novembre 2020 avec le Niger, le Nigeria, le Cameroun, le Tchad et la Guinée, conférence au cours de laquelle les USA ont annoncé "étendre les opérations sur le continent, à commencer par l'Afrique de l'Ouest".

En septembre 2020 déjà, sur la Télé CBS News, le futur Secrétaire d'État, Anthony Blinken, expliquait : « Je pense que Joe Biden vous dirait que nous devons commencer par nous mettre en position de force afin que la relation avec les Chinois progresse davantage selon nos conditions que selon les leurs ». L’État américain et ses cousins européens ont déjà fabriqué et alimenté des terroristes contre leur rival, la Russie (à l’époque l’URSS). C’était en Afghanistan dans les années 1980. Ils avaient facilité la fondation d’Al Qaeda qu’ils appelaient même des « Combattants de la Liberté » contre l’URSS. Ils avaient formé, équipé et conseillé Al Qaeda jusqu’à ce qu’il se tourne contre eux en 2001. Nous assistons donc à une stratégie identique dans cette Afrique où des « enclos coloniaux » font office d’Etats sous des tyrans et des dictateurs qui n’ont d’autres préoccupations que leur trône prétendument présidentiel.

Aujourd'hui les conditions sociopolitiques et économiques ont favorisé l'avènement de régimes militaires dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest. Est-ce que ce sont les mêmes conditions qui ont amené les militaires au pouvoir au Mali, au Burkina et en Guinée ?

Oui, absolument. Mais, il faut réaliser que ces conditions économiques et sociopolitiques ne sont pas des causes, mais plutôt des conséquences. Elles sont les conséquences de l’absence totale d’États en Afrique. Ce qu’on appelle abusivement États en Afrique, ce sont des « enclos coloniaux » dessinés à l’équerre et au compas par les Occidentaux à la conférence de Berlin en fin 1884 et début 1885, puis ces dessins ont été concrétisés par des guerres coloniales conclues par des accords de partage territorial sur le sol africain entre puissances coloniales.

Tant que ces « enclos coloniaux », ces sortes de carcasse militaro-policière répressive soutenue par une administration paperassière et tracassière, ne vont pas être démantelés par des masses populaires africaines organisées sous la forme d’un tsunami populaire, c’est-à-dire une marrée humaine suffisamment puissante pour détruire tout ce cliquetis colonial sur son passage pour entamer la reconstruction de l’Afrique, nos peuples continueront à tourner en rond entre des périodes de coups d’État militaires et des fraudes électorales sanglantes. Il nous faudra triompher de la peur, de la désorganisation totale et de l’espérance sans initiative dans lesquelles nous baignons pour arriver à cela. 

Quelles différences existe-t-il entre ces trois régimes ?

Seuls les militaires au pouvoir au Mali semblent avoir vraiment compris les enjeux qui font face à notre peuple. Au Burkina Faso et en Guinée, on sent que les militaires au pouvoir croient qu’ils peuvent jouer à un jeu qui composent avec le système qu’ils prétendent avoir renversé. Ils n’iront nulle part.

Lequel de ces trois pays a le plus de défis ou plus de poids sur les épaules, selon vous ?

Tous les « enclos coloniaux » ont des défis similaires : sortir complètement de la colonisation pour se reconstruire en vue d’échapper ainsi aux griffes de la domination. Pour le MOLTRA, c’est une responsabilité qui repose sur les épaules des peuples qui doivent impérativement s’organiser pour reprendre la maîtrise de l’espace géographique africain. Des militaires patriotes peuvent aider à cette tâche mais compter exclusivement sur les armées africaines qui ont perdu leur virginité politique pour avoir été jusqu’ici la colonne vertébrale de l’État « enclos colonial » africain, c’est se suicider. Le MOLTRA dit qu’il revient à notre peuple et à lui seul d’accomplir l’œuvre de sa libération et de sa reconstruction. Cela passe par la repossession de son pouvoir de décision confisqué.

De plus en plus de voix s'élèvent pour demander que la France parte au profit de la Russie, est-ce la meilleure solution ?

Les Africains doivent savoir qu’un peuple doit d’abord régler ses problèmes de désorganisation et de faiblesses internes puis construire un agenda national sous la houlette des dirigeants patriotes avant de se lancer dans la recherche d’un allié extérieur. Si tel n’est pas le cas, ce peuple quitte un maître pour un nouveau maître. Ses douleurs peuvent, peut-être, être amoindries sous la direction du nouveau maître mais cela ne soigne pas pour autant ses blessures. Voilà pourquoi le défi premier et actuel, c’est notre organisation interne pour faire tomber le système colonial actuel, ses structures et ses hommes. Les Africains doivent savoir qu’ils ont toutes les capacités pour réaliser cette révolution. Après cela, nous pourrons aller chercher des alliés. Les peuples affaiblis, désorganisés et qui ne fournissent pas les efforts nécessaires pour se redresser n’ont pas d’alliés mais des maîtres. Personne ne fait d’alliance avec les faibles. Les faibles, on les domine, on les vassalise. Telle est la loi de la politique internationale. La Russie ne fera pas entorse à cette loi. Rappelons-nous que la Russie a laissé les Occidentaux détruire la Côte d’Ivoire de Gbagbo et la Libye de Mouammar Kadhafi. Les Africains doivent comprendre que c’est uniquement eux qui ont intérêt à la libération et à la reconstruction de leurs terres. Pas les autres qui aspirent à les posséder dans le but de garder et de consolider leur position dominante sur la scène internationale qui n’est pas un endroit où on s’échange des cadeaux mais de compétition féroce des intérêts opposés. Le monde des bisounours est depuis longtemps dans les dessins animés, mais pas encore dans la vie réelle.

Mais est-ce que la Russie peut au moins constituer l'alternative aux solutions tant recherchées ?

Ce n’est pas aux Russes de vaincre nos dominateurs pour nous. La Russie joue pour ses propres intérêts comme tout pays qui se respecte dans ce monde. Chaque pays, chaque peuple doit affronter ses défis en devenant adulte après avoir fourni tous les efforts et sacrifices pour vaincre tout ce qui l’a maintenu dans la position d’enfant jusqu’alors. Les Africains ne doivent pas oublier qu’ils sont le peuple premier sur cette terre et qu’ils ne peuvent accepter éternellement être relégués au rang de petits enfants pleurnicheurs attendant un sauveur qui ne viendra pas. Seule la lutte du peuple libère le peuple. Rien d’autre. Plus vite nous comprendrons cela, mieux ce sera pour nous.

Voyez-vous un espoir avec notre jeunesse d'aujourd'hui par rapport au défis du moment ?

L’espoir est permis, car nous n’imaginons pas notre peuple finir au cimetière de l’Histoire comme d’autres peuples éteints et disparus pour n’avoir pas pu lutter comme il fallait. Mais si cet espoir est permis, il est conditionnel. Dès lors qu’il identifie ses problèmes et met en place un plan pour les régler, tout peuple peut espérer.

L’Afrique reviendra grand si et seulement si ses peuples décident de s’organiser pour mener le combat libérateur et entamer la reconstruction de l’Afrique sur la base des valeurs intrinsèques africaines revues sans complaisance à l’aune de notre parcours historique dans cette vallée humaine. Le but de ce combat, c’est de bâtir l’État capable de moderniser industriellement l’Afrique pour que notre peuple se maintienne comme un peuple libre avec une capacité de participation pleine et entière au commandement du monde. C’est un défi d’une gravité exceptionnelle. Est-ce que beaucoup le comprennent ? Pas du tout. Voilà pourquoi nous devons continuer, de toutes nos forces, à secouer l’Africain pour le sortir de son état de coma profond.

Face au terrorisme, quelle est la solution pour l'Afrique de l'Ouest ?

Il ne faut rien attendre de l’État « enclos colonial » africain dont la puissance se limite à la répression des populations aux mains nues qui s’opposent à ses crimes. Partant de là, il faut à court terme une mobilisation des Africains pour faire échec à la prolifération de ces groupes de criminels. Cela nous ramène encore à la question de l’organisation. Tous les villages doivent s’organiser, se lever et défendre leurs terres et leurs habitants. Nous sommes des descendants de grands combattants qui ont su organiser la résistance contre la terreur coloniale française, britannique, portugaise…Il ne doit pas être question de se résigner et capituler face à ces groupes. Il ne doit pas être question d’assister à l’égorgement massif et continu de nos enfants, de nos femmes et de nos parents. Il faut donc une reconnexion spirituelle et matérielle avec notre espace géographique pour y puiser des outils de cette guerre.  La guerre contre ce terrorisme, c’est d’abord une question de maîtrise de l’espace. Et ce sont les populations qui habitent ces territoires qui doivent, avec leurs connaissances approfondies des lieux, s’y organiser afin de se défendre tout en gardant à l’esprit qu’il n’y a pas d’État africain capable de les protéger et les défendre véritablement.

À long terme, ce terrorisme ne sera vaincu que si les Africains construisent des Etats véritables, pourvus de tous les attributs et ayant pour mission première et permanente de protéger et sécuriser la vie des populations. Cela passe par l’organisation d’un tsunami populaire pour casser, détruire et enterrer définitivement les « enclos coloniaux » et leurs dirigeants qui s’appellent pompeusement des chefs d’État ou des élites dirigeantes. Déjà que les États véritables ont du mal à résoudre certains de leurs problèmes, comme celui du terrorisme sur leur territoire, rendons-nous compte que les anomalies territoriales, abusivement appelées États africains, « enclos coloniaux », garde-barrières entre les peuples, n’ont aucune capacité ne serait-ce que pour éradiquer les moustiques qui continuent de faire ravagent en Afrique. Les peuples sans États forts et bien organisés sous la conduite de dirigeants patriotes et avisés seront confrontés à des souffrances atroces en cette fin du 21e siècle et dans les siècles à venir. Si nous continuons à nous amuser et à ne pas penser le futur avec gravité et sérieux, nous sommes foutus.

Entretien réalisé par Étienne Lankoandé

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes