dimanche 27 novembre 2022

Situation nationale : Le gouvernement  échange avec la presse

ech uneLes ministres de la Défense, Barthélemy Simporé, de la Réconciliation nationale, Yéro Boly, et celui porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, étaient face aux hommes de médias ce vendredi 12 août 2022 à Ouagadougou. Les échanges ont porté sur la situation nationale, notamment sur le processus de réconciliation, la mise en place des comités locaux de dialogue, l’évolution des opérations sur le terrain, l’acquisition de matériel militaire et la coopération militaire.

Sur la question du processus de réconciliation, le ministre de la Réconciliation nationale, Yéro Boly, estime qu’il faut un consensus national, une concertation sincère pour la mise en place de certaines actions à cet effet.

S’agissant de la mise en place des comités locaux de dialogue, des dizaines de ces comités ont été installés à travers le pays et d’anciens combattants terroristes ont été déradicalisés, a informé Yéro Boly. « Nous demandons aux jeunes qui se sont engagés dans un cycle de violence et qui sont souvent dans l’impasse aujourd’hui de revenir  pour trouver la paix et de travailler à retrouver un avenir plus  serein pour eux-mêmes », a invité le ministre Boly. Cependant, il trouve que la prudence et la confiance sont à privilégier dans ce processus pour ne pas compromettre tout ce qui a été entrepris.

ech 2Les questions sécuritaires ont été abordées par le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Barthélemy Simporé. Si on l’en croit, l’armée burkinabè sera bientôt équipée en matériel de combat dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. « Il y a un vaste plan d’équipement des forces armées. Beaucoup de commandes sont déjà faites et  sont en cours de livraison. L’ensemble de ces équipements seront fournis très bientôt. Il faut se rassurer que les capacités nécessaires des unités militaires seront réunies. Il n’y a pas de doute sur ce chapitre. C’est un plan ambitieux qui permettra de couvrir l’ensemble du territoire burkinabè », a-t-il confié. Toutefois, aucune précision n’a été donnée sur la nature, la provenance ou la date de livraison de ce matériel. Cela doit rester secret, s’est justifié le ministre porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo.

ech 3« Le pays où les armes ont été achetées, la date de leur livraison, le type de matériel militaire acheté, etc., sont des informations à garder secrètes », a-t-il souligné. La raison invoquée par le porte-parole du gouvernement ? « En même temps que nous faisons cette conférence destinée à la population pour la transparence et la redevabilité, nous savons que nous la faisons aussi à l’endroit de ceux qui veulent le mal de notre pays et qui nous attaquent parce qu’ils sont aussi des Burkinabè ; ils nous écoutent, nous suivent et sont connectés, d’où l’intérêt de choisir les informations à partager pour ne pas fragiliser la stratégie militaire. »

La question du redéploiement des forces sur le terrain n’a pas  été occultée lors des échanges. Selon le ministre de la Défense, « une réorganisation est en cours dans le but de consolider le maillage territorial. La vision globale, c’est de densifier ce maillage et de protéger les zones qui ne sont pas encore menacées ».

Il s’est également prononcé sur l’affaire de piste d’atterrissage clandestine.  « Tant que vous n’avez pas de preuves sur un aéronef, cela reste des allégations. Nous aurons la capacité de contrôler notre espace aérien avec les nouveaux équipements », a assuré l’officier général.

Les opérations militaires sur le terrain vont bon train et les terroristes n’ont plus d’espoir, selon le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo. « La montée en puissance de l’armée fait qu’il n’y a pas d’espoir ou d’issue pour les terroristes. Certains sont pris en étau dans cette guerre », a-t-il déclaré.

Flora Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes