lundi 8 août 2022

Zones d’intérêt militaire : Cela permettra de distinguer les amis des ennemis, selon la direction du COTN

acotn uneLe directeur du Commandement des opérations du théâtre national (COTN), Yves Didier Bamouni, et le ministre de l’Action humanitaire, Lazare Zoungrana, ont co-animé une conférence de presse le vendredi 24 juin 2022. Il s’est agi pour eux d’apporter des éclaircissements sur les récentes décisions du conseil national de la défense et de dresser un bilan de la situation des déplacés de Seytenga.

Le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, directeur du Commandement des opérations du théâtre national (COTN) a fait le point des incidents sécuritaires récents. Selon lui, ces incidents sont marqués par les enlèvements de citernes, l’attaque de la mine de Karma, les prêches et autres intimidations contre les populations. Sur le cas de Seytenga, il annonce que la première phase des opérations de sécurisation a consisté à gérer les conséquences de l’attaque. « Au bilan, on dénombre 86 corps de civils dont la plupart ont été retrouvés dans des concessions. Mais il est aussi important de préciser que selon certains témoignages, des corps auraient été enlevés et inhumés par des proches de défunts avant d’avoir pu être comptabilisés », explique-t-il. L'officier militaire ajoute que des enquêtes ont été ouvertes par la brigade spéciale d’investigation antiterroriste de concert avec les services sociaux, pour recenser ces cas. Il a aussi annoncé que la traque des auteurs de cette attaque meurtrière a été lancée et se dit certain que la promesse faite par le chef de l’Etat aux populations de Seytenga sera tenue.

acotn 2A la suite du directeur du COTN, le ministre de l’Action humanitaire a souligné que du 12 au 22 juin 2022, 3 846 ménages de 31 211 déplacés internes de Seytenga ont été recensés. Certains ont été accueillis dans des familles par solidarité. Au titre de l'assistance alimentaire, 3 165 ménages ont été dotés en kits alimentaires pour une période de trois mois. « Et en termes de quantité, nous sommes à 150,653 tonnes de céréales distribuées à ces populations. Il y a aussi eu des coupons alimentaires sous la forme de cash monétaire à hauteur de 45 millions de F CFA », a souligné le ministre. Quant aux abris, c’est environ 500 qui sont en cours d'installation.

Les zones d’intérêt militaire  font l’objet de tests antérieurs

Lors de la rencontre entre le chef de l’Etat et le conseil supérieur de la défense nationale, il a été décidé la création d’une Brigade de Veille pour la défense patriotique (B-VDP), de deux zones d’intérêt militaire et l’interdiction de la circulation d’engins motorisés dans les zones à fort défi sécuritaire. Pour le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, la constitution des VDP en Brigade va donner plus de cohérence au concept et permettre un meilleur encadrement ainsi qu'un soutien dans l’emploi de ces supplétifs. Ce qui va concrètement changer, si on l'en croit, c'est la hausse de leurs effectifs, le renforcement du processus de sélection, l’amélioration de l’encadrement et la coordination avec les unités opérationnelles ainsi qu’une amélioration de leurs conditions de travail.

S'agissant des zones d'intérêt militaire, le lieutenant-colonel Bamouni explique qu’elles s'appuient sur des zones forestières qui font l'objet de tests antérieurs où l'activité humaine est interdite. « Mais avec la pratique, nous constatons qu'il y a certaines populations qui ont envahi ces zones, qui sont en outre des refuges des groupes armés terroristes », a-t-il regretté. Voilà pourquoi, ajoute-t-il, « cette mesure est prise pour nous permettre de distinguer de façon claire les personnes amies des ennemies qui sont dans ces forêts ». Et d'après lui, comme, a priori, ce ne sont pas des zones d'habitation, on ne devrait pas s'attendre à des flux importants de personnes. Qu'à cela ne tienne, même en cas de flux important des populations, il assure que le dispositif humanitaire sera en place pour les recevoir ainsi que le dispositif sécuritaire pour éviter toute infiltration. Le délai accordé aux populations pour quitter ces zones est de 14 jours. Sur ce point, le directeur du COTN informe que c'est lorsque l'ordonnance sera promulguée que ce délai entrera en vigueur, et cette information sera portée à la connaissance du public.

Quant à l’interdiction faite aux engins motorisés de circuler dans les zones à fort défi sécuritaire, l'officier indique qu’elle concerne toute moto de type Alloba, Sanili ou Fortune, ainsi que les tricycles à usage de transport de passagers. Huit régions sont concernées par cette mesure. Ce sont : la Boucle du Mouhoun, les Cascades, le Centre-Est, le Centre-Nord, l'Est, les Hauts-Bassins, le Nord et le Sahel. Il a en outre réitéré l'appel à la collaboration des populations car, a-t-il dit, « l’action militaire ne sera décisive que si les populations prennent conscience du rôle qu'elles ont à jouer dans cette guerre ».

Etienne Lankoandé

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
y>