jeudi 21 janvier 2021

Elections couplées du 22 novembre : 6 candidats de l’opposition politique préviennent qu’ils n’accepteront pas des résultats entachés d’irrégularités

cfopb uneAu lendemain de la tenue des élections couplées, pendant que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) publiait les premiers résultats de la présidentielle commune par commune, les candidats signataires de l’accord politique de l’opposition se sont réunis au siège du CFOP. Objectif : Fustiger la « mauvaise organisation des élections » par la CENI. Ils ont, dans la foulée, prévenu qu’ils « n’accepteront pas des résultats entachés d’irrégularités et qui ne reflètent pas la volonté du peuple burkinabé ».

Ce sont les candidats à la présidentielle Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition, Eddie Komboïgo, Me Gilbert Noël Ouédraogo, Tahirou Barry, Ablassé Ouédraogo et Kadré Désiré Ouédraogo qui ont convié les hommes de médias pour livrer leur déclaration commune en lien avec les élections du dimanche 22 novembre 2020.

Ils ont d’abord exprimé leur consternation quant à la manière dont les élections ont été organisées.

« Contrairement aux dispositions du Code électoral qui prévoient une compilation manuelle des résultats au niveau des Centres communaux de compilation (CCCR), la CENI a procédé à l’annonce de résultats largement favorables à la majorité sortante sans avoir procédé à cette compilation manuelle », ont-ils dénoncé.

cfopb 2Pour ces candidats, l’ensemble du processus a été fortement émaillé de fraudes. Comme autres irrégularités et insuffisances qu’ils ont relevées, on peut citer la modification, à la dernier minute et de manière informelle, du nombre et de la cartographie des bureaux de vote retenus pour les élections ; l’ouverture tardive et même la non-ouverture de plusieurs dizaines de bureaux sur l’ensemble du territoire national ; le fait que des électeurs détenteurs de cartes d’électeur ont été refoulés des bureaux de vote du fait de l’absence de leurs noms sur les listes imprimées ; le non-affichage des listes des électeurs devant les bureaux de vote comme cela est prescrit par les textes ; la non-prise en charge des représentants des partis politiques dans les bureaux de vote contrairement aux dispositions de la loi électorale.

« De ce qui précède, il est constant que la CENI n’a pas été à la hauteur de la mission de bonne organisation des élections qui est à sa charge, chose qui a été relevée expressément par plusieurs observateurs internationaux », ont regretté les candidats signataires de l’accord politique de l’opposition.

Ainsi, pour eux, cette « mauvaise organisation » des élections a deux conséquences majeures : d’abord, elle pénalise les candidats de l’opposition, le pouvoir ayant toujours la possibilité de se réorganiser par rapport à la situation ; ensuite, elle jette le discrédit sur les résultats des scrutins dont la CENI a commencé la proclamation. « En tout état de cause, les signataires de l’accord politique de l’opposition n’accepteront pas des résultats entachés d’irrégularités et qui ne reflètent pas la volonté du peuple burkinabé », ont-ils conclu.

A la fin de lecture de cette déclaration commune par Tahirou Barry, des militants des partis de ces candidats ont fait irruption dans la salle. Dans le brouhaha, ils ont clairement dit qu’ils étaient déterminés à « empêcher une victoire par la fraude ».

Aly Tinto

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>