jeudi 28 octobre 2021

5 août 1960 - 5 août 2021 : 61 ans d’une autre dépendance

dpend uneLe 5 août 1960 à zéro heure, Maurice Yaméogo, alors président de la République de Haute-Volta, a proclamé solennellement l’indépendance de la colonie de Haute-Volta. 61 ans après, les attentes restent grandes et nombreuses. Cette autonomie semble en effet plus théorique que pratique. A qui la faute ? A l’ancienne métropole ou à nos dirigeants politiques ?

« Mes chers compatriotes voltaïques, aujourd’hui 5 août 1960 à zéro heure, au nom du droit naturel de l’homme à la liberté, à l’égalité et à la fraternité, je proclame solennellement l’indépendance de la République de Haute-Volta ! » avait clamé le président Maurice Yaméogo. Depuis, plusieurs chefs d’Etat se sont succédé à la tête du pays. Huit chefs d’Etat pour quatre putschs, une Révolution et deux insurrections populaires auront profondément marqué l’histoire politique de ce pays. Selon le Dr Ali Ouédraogo, historien et enseignant chercheur à l’université Joseph Ki-Zerbo, cette instabilité au niveau politique est à l’origine de notre sous-développement jusqu’à nos jours. « Pour se développer il faut être stable, stable d’abord politiquement avec des dirigeants légitimes qui travaillent pour le peuple », affirme-t-il. Cette instabilité est due, entre autres, aux nombreux soubresauts qu’a connus notre pays. La mal gouvernance, la gabegie, la corruption, le népotisme ont contribué, dès 1966, à installer le doute et le désordre. L’armée entre en scène à la demande des populations insurgées. dpend 2L’irruption de celle qu’on appelle « la grande muette » dans l’arène politique n’est pas sans conséquences. « L’armée a un rôle bien défini : faire appliquer la loi et faire régner l’ordre ; son arrivée au pouvoir a déséquilibré le jeu politique. Pire, elle a géré le pays d’une main de fer 49 années de suite », précise l’enseignant chercheur en histoire de l’université Joseph Ki-Zerbo. Mais, précise-t-il, on doit à l’armée l’une des plus belles périodes de notre pays, l’avènement du Conseil national de la révolution (CNR) avec comme figure de proue Thomas Sankara. Ce dernier, pour rompre avec le passé colonial et redonner à la population son identité, change le nom du pays qui devient Burkina Faso, ou ‘’pays des hommes intègres’’, un « nom donneur d’espoir », selon l’enseignant. « L’ancien nom Haute-Volta ne représentait rien », dit-il. L’hymne national, la devise et l’emblème d’alors seront tous changés par cette Révolution démocratique et populaire.

Selon M. Ouédraogo, la Révolution visait à donner au peuple sa vraie liberté, sa vraie autonomie et l’indépendance tant souhaité. C’est dans ce sens que plusieurs mots d’ordre seront donnés. « Parmi ces mots d’ordre pour libérer jadis la Haute-Volta, on peut citer le ‘’produisons et consommons burkinabè’’ » évoque-t-il. Cette période révolutionnaire est aujourd’hui le fer de lance de la jeunesse, une période pour le moment inégalée. La Révolution a mangé ses fils. Après cette période dorée, même avec la stabilité politique 27 ans durant sous la direction de Blaise Compaoré, le pays est demeuré sous-développé et dépendant.

dpend 3Pengwendé Narcisse Gansonré pense que malgré la période d’espoir de la Révolution, si le pays est toujours sous-développé ce n’est plus la faute à l’ancienne métropole mais à nos dirigeants qui ne sont pas à la hauteur des attentes. « Après 61 ans, ayons honte de ne plus accuser la France et remettons-nous en cause pour construire le pays », affirme cet étudiant. Zoénabou Ouédraogo pense pour sa part que la faute est partagée. Selon elle, l’ancienne métropole ne laisse pas ses anciennes colonies libres pour amorcer son développement. « Ceux qui sont là ont vu ce qui s’est passé avec le capitaine, ils (Ndlr les dirigeants politiques) préfèrent s’allier à la France à travers des accords qui n’avantagent pas le pays pour préserver leur pouvoir et leur vie », fustige-t-elle.

« Les indépendances ont été négociées », disait le Pr Magloire Somé dans son cours magistral « Afrique noire contemporaine ». Et selon le Dr Ali Ouédraogo, l’option de célébrer les festivités de cette indépendance le 11 décembre de chaque année s’explique par « la proclamation de la République le 11 décembre 1958. Le 5 août n’est que la confirmation de cette proclamation».

Après 61 ans d’indépendance, le Burkina Faso est en proie à plusieurs défis : l’insécurité, la vie chère et le chômage des jeunes diplômés battent leur plein.

En rappel, le Burkina Faso, indépendant depuis 1960, est une ex-colonie française. Elle a été conquise en 1895 par la France et rattachée ensuite en 1904 au Haut-Sénégal-Niger dans un vaste ensemble de l’AOF. Le 1er mars 1919, la métropole crée la colonie de Haute-Volta. Supprimée entre 1932 et 1947, celle-ci sera réhabilitée dans ses anciennes limites grâce à la lutte des élites politiques et de la chefferie coutumière. Le 11 décembre 1958, la colonie de Haute-Volta devient autonome. La République est proclamée. 5 août 1960 : proclamation solennelle de l’indépendance par son premier président, Maurice Yaméogo.

Sié Mathias Kam

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>