jeudi 4 mars 2021

Recrudescence de la COVID-19 au Burkina : Un non-respect criard des mesures barrières dans les marchés et yaars

rcrudescence uneDepuis quelque temps,  on assiste à une augmentation significative du nombre de cas de contamination au coronavirus au Burkina Faso. Notre pays enregistrait 141 cas actifs à la date du 20 décembre 2020. Les marchés et yaars de la ville de Ouagadougou sont pleins de monde  actuellement puisque les fêtes de fin d’année se profilent à l’horizon. Malgré ce rebond, les populations foulent aux pieds le respect des mesures barrières.  

A Rood-Woko, le marché central de Ouagadougou, l’affluence est au rendez-vous en cette matinée du 22 décembre 2020. Les achats de marchandises se font de gauche à droite. Difficile de se frayer un chemin. Dans cette situation, on respecte à peine les mesures barrières, notamment le port du masque ou du cache-nez.  On peut compter ceux qui portent un masque, tant parmi les clients que parmi les vendeurs.

C’est la même situation dans des yaars de la capitale burkinabè. Les salons d’esthétique situés dans ces lieux sont  pris d’assaut par les jeunes filles et les femmes au mépris du respect des mesures barrières.

En mars 2020, parmi les mesures prises pour essayer de ralentir la progression du coronavirus, on peut citer la fermeture pendant quelques semaines de 36 marchés et yaars de Ouagadougou.

rcrudescence 2Face à la recrudescence de la maladie, dans un communiqué rendu public le 15 décembre, le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale avait invité l’ensemble des acteurs du monde du travail à veiller au strict respect des mesures barrières édictées par le gouvernement afin d’empêcher la propagation du virus en milieu de travail.

Ces derniers jours, la mairie de Ouagadougou accroche des affiches de sensibilisation aux carrefours et aux feux tricolores pour inviter les populations au respect des mesures barrières.

Selon Larba Sawadogo du comité exécutif de riposte à la COVID-19, le point n’a pas encore atteint la saturation, d’où la non-nécessité de l’application de certaines mesures contraignantes comme dans le passé.

Plusieurs hypothèses expliquent la hausse actuelle du nombre de cas de COVID-19, selon Dr Brice Bicaba, coordonnateur  sectoriel santé  de la riposte à la COVID-19. Il y a le facteur climatique, le non-respect des mesures de prévention, les grands rassemblements et la porosité des frontières.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le Burkina Faso a enregistré 5 160 cas, 3 758 guérisons et 76 décès. 

Aly Tinto

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>