jeudi 28 octobre 2021

Fermeture du lycée Philippe Zinda Kaboré : Le personnel dit « non » à cette décision politique « anti-éducative »

znda uneL'annonce de la fermeture du plus grand lycée du Burkina Faso crée des mécontents. Parmi ces derniers, le personnel dudit lycée. Il a tenu une conférence de presse le jeudi 2 septembre 2021 à Ouagadougou. Durant les échanges avec les hommes de médias, les animateurs de la conférence de presse ont posé leur «  veto » à cette décision du gouvernement de fermer le lycée Philippe Zinda Kaboré pour l'année scolaire 2021-2022.

La crise scolaire qui secoue le Burkina Faso est loin d’être finie. Des enseignants du lycée Philippe Zinda Kaboré ont dénoncé la fermeture de leur lieu de travail. Pour eux, le saccage des tables-bancs et la non-fonctionnalité du lycée ne sauraient être des raisons valables pour qu’on ferme leur établissement. Selon le délégué du personnel, les raisons invoquées pour justifier cette décision du gouvernement sont « risibles ». «C'est insulter l'intelligence des citoyens que de dire que les élèves seront soulagés alors que certains d'entre eux ont la possibilité de s'inscrire encore dans des lycées mitoyens du Zinda Kaboré tels que le lycée Nelson Mandela, le lycée municipal de Paspanga et le lycée Bogodogo », a déclaré Karim Toussakoe. znda 2Les plaignants du jour disent « non » à cette fermeture et exhortent le gouvernement à reconsidérer sa décision. Les conférenciers, majoritairement des professeurs, n’ont pas manqué d’accuser leur proviseur. Ils reprochent à Alexis Kyelem, le chef de l'établissement, d’être non seulement à la solde du ministre Ouaro, mais aussi la cause du problème. « Le ministre agit sur la base des rapports que lui donne le proviseur. Cela veut donc dire qu’il (Ndlr : le proviseur Kyelem) ne fait pas de bons rapports au ministre », clame Karim Toussakoe. Et de poursuivre qu’« il est le principal dispositif dans la répression des élèves ». znda 3Ces derniers reprochent au proviseur une « gestion militaire » de l'établissement, prenant à lui seul les décisions. « C’est la raison pour laquelle il n’a pas été soutenu par tout le personnel durant les évènements qu’a connus le lycée », disent-ils. A en croire les conférenciers du jour, leur sortie médiatique n’est nullement justifiée par leur peur d’être mutés hors de Ouagadougou ; c’est une question d’éducation et cela implique toute la Nation. «On a des preuves que tous les éléments sont là. Si on a pris du temps avant de faire cette conférence, c’est qu’on devait mettre du temps pour avoir des éléments clairs avant de faire une déclaration », a affirmé le personnel pour justifier son silence depuis la fermeture du lycée Philippe Zinda Kaboré, le 24 mai dernier. « Si rien n’est fait dans les jours à venir, nous allons lancer un appel à la mobilisation », ont-ils prévenu.

Sié Mathias Kam

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>