jeudi 29 octobre 2020

Fonds de soutien aux acteurs culturels : « Il faut veiller à éviter que ce fonds crée plus de problèmes qu’il n’en résout », Aubin Nana, journaliste culturel

aaaz

Le 2 avril 2020, le président du Faso, dans son adresse à la Nation, a pris une batterie de mesures visant la relance de multiples secteurs vitaux, dont ceux de la culture, des arts et du tourisme. Plus d’un milliard de francs CFA est prévu à cet effet. La rédaction de Radars Info Burkina a recueilli les avis de certains acteurs desdits secteurs. Si la majorité d’entre eux jugent cette option bonne, ils attendent néanmoins de voir comment cela va se passer.

Selon le premier responsable du département de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, c’est exactement 1 025 000 000 de francs CFA que l’Etat a prévu de débourser pour venir en aide aux acteurs du secteur de la culture qui sont éprouvés par la pandémie de coronavirus. Immédiatement, un comité de réflexion a été mis en place le 6 avril 2020 à Ouagadougou. D’après Abdoul Karim Sango, ce comité est composé des cadres de son département et des représentants des faîtières des structures relevant de la culture et du tourisme.

turel 2Les missions de ce comité sont multiples. Il s’agit, a cité M. Sango, de déterminer des formes de préjudice, d’identifier des activités déjà programmées et non mises en œuvre du fait du Covid-19, de déterminer les critères d’accompagnement afin de disposer d’une série de propositions à transmettre à qui de droit. « Ce n’est pas un dédommagement, car le gouvernement n’est pas responsable. C’est un cas de force majeure qui s’est imposé à lui et à l’ensemble du peuple burkinabè. Toute fausse facture sera l’objet d’une procédure pénale en bonne et due forme », a prévenu le ministre de la Culture. Les acteurs du domaine eux-mêmes sont dubitatifs sur l’opérationnalisation de cette mesure d’accompagnement. turel 3Pour Aubin Nana, journaliste culturel aux Editions Sidwaya, le geste en lui-même est salutaire et louable car la culture est l’un des secteurs les plus touchés depuis l’apparition de la pandémie. En raison du couvre-feu et de la quarantaine décrétés par le gouvernement, de nombreuses activités, dont la Semaine nationale de la culture (SNC), ont par exemple été annulées. Le cri du cœur des acteurs de la culture est compréhensible si bien que ce fonds est le bienvenu. Cependant, a précisé le journaliste, il faut veiller à éviter que ce fonds crée plus de problèmes qu’il n’en résout. Pour le web comédien « le général Tchouchoubatchou », ce fonds va vraiment soulager les acteurs du monde culturel s’il est bien utilisé. turel 4Il rappelle tout de même que cette cagnotte n’est pas destinée à être distribuée comme de petits pains aux artistes, mais vise plutôt à accompagner certaines structures et personnes affectées par la pandémie. Il espère donc que les allocations du fonds iront vraiment où elles doivent aller. Ben Idriss Kaboré, plus connu sous le sobriquet de Ben Kelly, promoteur culturel et manager, a reporté son festival du Village d’expression de musiques africaines de Ouagadougou (VEMAO) à une date non encore déterminée. A l’en croire, la cacophonie autour de ce fonds ne présage rien de bon. Il dit donc espérer que les uns et les autres vont très vite se ressaisir.  « Zopito », à l’état civil Jean Marie Nabi, promoteur culturel, a lui aussi dû  reporter son festival de musique « Afrobeat ». Pour lui, la mise en place dudit fonds est déjà une avancée. « On attend de connaître les critères d’éligibilité », a-t-il dit.

 Obissa

 

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>