jeudi 4 mars 2021

Salles de répétition : Elles se multiplient et sont de plus en plus performantes pour le succès des spectacles

rptt uneAvant de monter sur scène, les artistes musiciens ont nécessairement besoin de se rendre dans une salle de répétition pour jouer. Radars Info Burkina s’est entretenu avec des tenanciers de salles de répétition ainsi que des artistes musiciens burkinabè pour savoir la part de contribution desdites salles  au succès d’un spectacle et les réalités dans ce domaine.

Selon Nourat, grande voix du reggae burkinabè, la salle de répétition permet à l’artiste de se préparer, musicalement et même psychologiquement, pour affronter la scène. Et Alif Naaba, chanteur auteur-compositeur et interprète, d’ajouter qu’elle contribue énormément et est la base du succès du spectacle.

Au Centre national des arts du spectacle et de l'audiovisuel (CENASA), il existe une salle de répétition « beaucoup sollicitée ». Ernest Bonkoungou, directeur du Théâtre national Koamba-Lankoandé, indique qu’au regard de ce que cette salle a comme dispositifs technique et acoustique, une contribution de 2 500 francs CFA par heure est demandée à ceux qui veulent l’utiliser. « Les artistes trouvent que c’est dérisoire comme contribution. Pour une répétition, on n’a pas besoin d’une très grande salle et toutes les conditions sont réunies pour  permettre de répéter. Notre salle a une qualité sonore appréciable si bien que quand on fait la répétition dans ces conditions acoustiques, on n’a plus beaucoup de choses à régler quand on arrive au spectacle », soutient-il. Il précise que ceux qui répètent dans cette salle conviennent avec lui qu’elle est vraiment appropriée.

rptt 2Parmi les conditions d’exploitation de la salle, ont doit se déchausser  avant d’y accéder. A l’en croire, c’est une condition très rigoureusement respectée. En plus, il est interdit d’y fumer, manger ou boire.

Au jardin de la musique Reemdoogo, la salle de répétition coûte également 2 500 F par heure.  Pour Nourat, les coûts des salles de répétition sont abordables et fixés en fonction de la qualité desdites salles. « Il existe des  salles à qualité moyenne, dont les prix sont de 2000 F l'heure par exemple, et les plus performantes sont à 3000 F l'heure.  On constate qu'au fur et à mesure,  les salles deviennent performantes et multiples, vu que la musique live se développe aussi », explique-t-elle.

rptt 3Alif Naaba fait savoir qu’il existe  4 ou 5 salles répondant aux normes qui contribuent à la création et aux préparations des spectacles. « Les coûts sont moyens pour un certain niveau comme dans la sous-région. On constate qu’il y a vraiment une qualité de travail proposée par les artistes sur les scènes au Burkina et ailleurs dans le monde », poursuit-il. 

Joseph Tiemtoré est technicien au jardin de la musique Reemdoogo. Selon lui, une salle de répétition doit être bien tapée, avec une bonne acoustique, bien climatisée avec du matériel professionnel. Le bassiste doit entendre la guitare basse, le guitariste doit entendre la guitare solo qu’il joue. Pareil pour les vocales.  « Il faut qu’il y ait un peu d’espace dans la salle ; c’est un critère important », ajoute pour sa part Alif Naaba.

Toujours selon ce dernier, quand un artiste joue dans une salle qui ne répond pas aux normes, il n’est pas inspiré et est moins motivé. Par conséquent, cela joue sa performance. « A 3000F l’heure, il faut que le minimum soit là », dit-il. 

M. Tiemtoré a regretté le fait que les techniciens travaillent toujours dans l’analogique alors que c’est surtout le numérique qui est utilisé de nos jours.. « Nous demandons aux autorités de nous accompagner pour qu’on ait une bonne formation et du matériel en numérique pour exceller dedans », demande-t-il.

Aly Tinto  

 

 

  

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>