jeudi 2 décembre 2021

Point de presse du CFOP : Le président du Faso interpellé sur les questions de sécurité, d’éducation et d’emploi des jeunes

fop uneA son hebdomadaire point  de presse, l’opposition politique burkinabè s’est prononcée sur des questions d’actualité telles celles de la sécurité et des concours de la fonction publique. La rentrée scolaire 2019-2020 et la tenue du forum national de la jeunesse ont fait l’objet d’exposition.

Selon l’un des conférenciers du jour,  Amadou Diemdioda, le président  du Faso et la hiérarchie militaire doivent galvaniser la troupe. Certaines informations diffusées par des activistes font état d’un conflit ouvert  entre un chef militaire et sa troupe à Dédougou. La raison : celui-ci serait accusé d'être de connivence avec les terroristes. Une information confirmée par le chef de l'Etat lors d'échanges avec les Burkinabè résidant au pays de l'oncle Sam. L'opposition déplore ces situations qui ne sont pas de nature à faciliter la lutte contre l'ennemi commun. De ce fait, elle demande au président du Faso et à la hiérarchie militaire de rassurer et de galvaniser la troupe. Pour ce qui est du moral des troupes sur le terrain de combat, l’opposition s’est dit préoccupée par le fait que l’Union police nationale (UNAPOL) ait dénoncé ce qu’elle appelle velléité de détournement des armes d’un corps par un autre corps. Pour l’opposition politique, tout corps habillé sur le terrain de combat doit profiter de tout le matériel de protection et de combat afin de bien faire face à l’ennemi. Par conséquent, elle interpelle les autorités à doter conséquemment les forces de défense et de sécurité, qu’elles soient militaires ou paramilitaires.  Diemdioda Dicko trouve que cette situation profite à l’ennemi qui peut travailler à diviser les vaillants combats qui bravent assez de risques pour protéger la population.

Pour ce qui est des concours de la fonction publique, l’opposition politique  affirme que de 2017 à nos jours, le nombre de places n’a fait que baisser en ce sens que le gouvernement a réduit de 47% le nombre de postes à pourvoir en 2019.  fop 2Pour elle, cette situation n’est pas de nature à réduire le chômage, chose qui figurait pourtant en bonne place dans le projet de société du président Roch Marck Christian Kaboré. Pour l’opposition, cette question d’emploi des jeunes est une extrême urgence qu’il faut tirer au clair. Et cela ne peut se faire qu’à travers un diagnostic sérieux du système éducatif pour corriger les insuffisances et lui donner une nouvelle orientation, a indiqué M. Dicko. A l’orée de la rentrée scolaire, l’opposition politique se dit inquiète du cas des 9000 élèves déplacés de même que de leurs enseignants. 

En ce qui concerne le forum des jeunes, l’opposition politique a trouvé que l’idée est bonne en soi, mais note avec désolation que l’édition 2019 n’a été qu’une foire de retrouvailles pour battre campagne au lieu d’échanges francs et fructueux devant aboutir à des recommandations fortes et à des projets et des lois en faveur des jeunes. Enfin, l’opposition a condamné l’attitude du ministre Séni Ouédraogo de la Fonction publique qui aurait tenu les propos suivants le 16 septembre : « Je n'écoute pas la radio, je ne lis pas le journal du Burkina. J’avance. » C’est une insulte faite à la presse nationale, aux citoyens burkinabè de même qu’aux autorités du pays. On prête au même ministre les propos suivants : « Moi, je n'ai pas peur de ne plus être ministre. Si on m'a enlevé même, on m'a arrangé. » Pour Amadou Diemdioda Dicko, ces propos d’une autorité de sa trempe n’honorent pas la fonction de ministre qu’il occupe. De ce fait, l’opposition conseille au ministre Séni Ouédraogo de présenter des excuses à la presse nationale et aux citoyens burkinabè.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>