dimanche 17 janvier 2021

Elections couplées du 22 novembre au Burkina : Focus sur le candidat du parti Vision Burkina, Kiemdoro Dô Pascal Sessouma

sessoum uneLe 22 novemebre à venir, un scrutin présidentiel et législatif se tiendra au Burkina Faso. Le samedi 31 octobre 2020 a marqué l’ouverture officielle de la campagne pour la présidentielle et les législatives. Le président sortant, Roch Marc Christian Kaboré, candidat à sa propre succession, affronte 12 autres candidats parmis lesquels Kiemdoro Dô Pascal Sessouma, candidat du parti Vision Burkina. Radars Info Burkina fait un zoom sur ledit candidat.

Kiemdoro Dô Pascal Séssouma est né en 1957 à N’Dorla, province du Kénédougou, région des Hauts-Bassins. Il est titulaire d’un diplôme universitaire d’études générales en géographie de l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, d’un diplôme supérieur de journalisme de l’université de Dakar au Sénégal, d’un master en communication de l’université du Québec à Montréal, ainsi que d’une dizaine de certificats de formation dans les domaines de la communication, des médias et des projets.

De 2006 à 2010, Dô Pascal Sessouma a été enseignant de journalisme et communication à l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC). Il a été responsable de la communication de la Maîtrise d’ouvrage de l’aéroport de Donsin (MOAD) de 2010 à 2017. M. Sessouma est surtout connu comme journaliste présentateur à la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) de 1981 à 2001.

Il a été rédacteur en chef et présentateur de 5 sur 5 Afrique, une série de la télévision canadienne en partenariat avec TV5 et plusieurs télés d’Afrique francophone. Le candidat a été le fondateur et directeur de l’agence DPS Communication. Il fut également consultant pour le Réseau liberté, organisme canadien oeuvrant dans le domaine de la liberté de la presse et de la démocratie en Afrique et dans les Caraïbes  de 2004 à 2006.

sessoum 2Convaincu que les armes ne devraient plus être le seul moyen de régler les conflits, il décide de  créer en 2020 un parti, Vision Burkina, formation politique sous la bannière duquel il se présente à l’élection présidentielle qui aura lieu dans un peu plus de 2 semaines. Son objectif ? Un Burkina Faso plus pacifique. « Le pacifisme, c’est la doctrine des partisans de la paix, de  tous ceux qui aiment la paix. Travailler à promouvoir la paix à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières de notre pays, c’est cela le pacifisme. Le pacifisme, c’est le refus de la guerre et de la violence », martèle DPS.

Son projet de société s’articule autour de 7 points majeurs qui sont : l’établissement de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire et la démilitarisation du Burkina Faso, la réorganisation de l’exercice du pouvoir d’Etat, la réforme totale de l’appareil judiciaire, la refondation de l’administration publique, le refus absolu de la corruption, la déconcentration de la gouvernance d’Etat, la reconnaissance et l’encadrement de la chefferie coutumière.

En matière sécuritaire, M. Sessouma se dit convaincu que les armes n’ont jamais été la solution pour construire la paix. Selon lui, lorsque le pays viendra à bout de l’hydre terroriste et retrouvera sa quiétude et sa paix d’antan, il va falloir « changer carrément le système ». « Il n’y aura plus de ministère de la Défense, il n’y aura plus d’achat de chars. Nous considérons que les chars ne sont pas des outils de développement. Si nous n’achetons plus de chars, il y aura assez d’argent à injecter dans des secteurs vitaux. Si cet argent est investi dans l’agriculture, par exemple, on pourra se nourrir convenablement. Et si le peuple est bien nourri, il pourra bâtir la patrie. Cela illustre bien notre devise : paix, pain, patrie », a déclaré le présidentiable.

Par ailleurs, Vision Burkina entend proposer un regard « fondamentalement différent » sur la situation des Forces de défense et de sécurité. Cette analyse, a confié le président dudit parti, commencera par une réforme en profondeur de nos forces armées pour aboutir à la démilitarisation du pays, à l’instar d’autres Etats dans le monde. « Avec ce choix, au Burkina Faso, à moyen, court et long terme, il n’y aura plus de recrutement militaire et, par conséquent, plus d’armée au sens conventionnel du terme. Notre ambition est de faire du Burkina Faso un pays neutre qui renoncera définitivement à la guerre comme moyen de règlement des conflits. Il y a 25 pays dans le monde qui n’ont pas d’armée et qui n’ont jamais été attaqués.  En Afrique, il y a un seul pays, l’Île Maurice, qui n’a pas d’armée et qui est l’un des plus riches d’ailleurs », a-t-il argumenté.

Arnold Junior Sawadogo (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>