mardi 19 octobre 2021

Migration de certains opposants vers la majorité : Est-ce par opportunisme  ou par conviction politique ?

bay uneDepuis la formation du gouvernement Dabiré II, l’arène politique burkinabè s’est métamorphosée. En effet, on constate un déferlement de certains partis politiques vers la majorité suite à la nomination de l’ex-chef de file de l’opposition politique au poste de ministre chargé de la Réconciliation nationale. Une configuration qui laisse à penser qu'il y a des incompréhensions au sein du CFOP. Sur la question, chacun y va de son analyse.  

Le Burkina Faso connaîtra à coup sûr un changement politique de grande envergure les 5 années à venir. Les partis politiques commencent à revoir leur stratégie dans une compétition visant pour eux à rejoindre la mouvance présidentielle. Et déjà la réconciliation nationale semble lancée avec le retrait de la plainte de Zéphirin Diabré contre Simon Compaoré dans l’affaire dite « tranquillos ». Un signal très fort qui n’a laissé aucun acteur politique indifférent. Cette réconciliation tant prônée lors des campagnes électorales ne semble être possible qu’aux côtés du régime en place.  De l’analyse de Lionel Bilgo, il ressort que ce déferlement pourrait se justifier par ce qu’il qualifie de raisons inavouables de certains partis politiques. « Ce mouvement migratoire qui fait de la majorité présidentielle un mammouth dans l'arène politique de notre pays peut avoir plusieurs raisons : un lot de raisons avouées et un lot parfois bien caché de raisons inavouables », a-t-il affirmé.

bay 2Des raisons qui, selon cet analyste politique, vont avoir des répercussions au sein de l’institution chef de file de l’opposition, notamment une réorganisation du champ politique. « L'opposition va devoir, après cette vague de départs, se réorganiser pour tenir en existant dans un champ politique déséquilibré. Je suis convaincu que certains migrants auront la gueule de bois une fois leurs valises posées de l'autre côté sur la rive opposée », a-t-il indiqué. Cet écrivain dit aussi avoir l'impression que l'on assiste à une sorte de retour de gifle de la part des leaders politiques à leurs électeurs. Selon lui, les résultats des élections, à entendre certains opposants, sont paradoxalement à l'opposé du désarroi longtemps chanté par les populations.

bay 3Pour le politologue Abdoul Karim Saïdou, l’une des raisons pour lesquelles des partis décident de rejoindre la majorité serait une rationalité des acteurs et les motivations de la création des partis politiques. « Beaucoup de partis politiques se créent, non pour défendre des idéaux ou une vision précise mais pour espérer que les dirigeants desdits partis puissent avoir des postes politiques et autres opportunités. La compétition politique ne se base pas fondamentalement sur des clivages idéologiques. On peut donc comprendre qu’un parti décide de quitter l’opposition pour rejoindre la majorité », a-t-il expliqué. Selon lui, au lieu que les partis politiques changent de position en fonction des saisons, la question importante que les acteurs doivent se poser est la raison de leur engagement en politique et les valeurs autour desquelles ils créent leur parti.

A l’entendre, si le départ de certains partis politiques pour la majorité est consolidé et renforcé, au Burkina Faso on risque d’assister à un affaiblissement de l’opposition politique. Or, « dans une démocratie lorsque les fonctions oppositionnelles sont très faibles, le risque est d’aller vers les dérives dans la mesure où il n’y a presque personne pour tirer la sonnette d’alarme et cela peut engendrer une vague de contestation », s’est-il inquiété. Abdoul Karim Saïdou dit craindre par ailleurs que cette migration n’oblige le président du Faso à créer d’autres postes politiques pour récompenser les alliés politiques. « On va assister à un élargissement de l’architecture gouvernementale, au fait qu’on crée de toutes pièces des postes politiques pour récompenser les uns et les autres », a-t-il ajouté.

Quoi qu’il en soit, les populations, dans toutes leurs composantes, ne demandent que de meilleures conditions de vie et de travail. Les élections sont terminées, place à la concrétisation des promesses faites.

Bruno Bayala

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>