vendredi 23 octobre 2020

Sécurité : Le comité de défense et de sécurité du G5 Sahel en conclave à Ouagadougou

def uneOuagadougou accueille les 24 et 25 janvier 2020, une session extraordinaire du Comité de défense et de sécurité (CDS) du G5 Sahel. Deux jours durant cet organe d’orientation et de décision en matière de défense et de sécurité du G5 Sahel,  va permettre aux Chefs d’état-major généraux des armées (CEMGA) et aux responsables dûment mandatés sur les questions de sécurité par les Etats membres de traduire en actes les décisions prises lors de la réunion extraordinaire des chefs d’Etat du G5 Sahel tenue le 15 décembre 2019 à Niamey au Niger.

La réunion extraordinaire des CEMGA du G5 Sahel intervient après le Sommet extraordinaire des chefs d’Etat du G5 Sahel à Niamey le 15 décembre 2019 et le Sommet des chefs d’Etat du G5 Sahel et de la France qui a eu lieu à Pau le 13 janvier dernier. Des rencontres qui ont lieu dans un contexte de dégradation préoccupante de la situation sécuritaire, particulièrement dans la zone des trois frontières Mali-Burkina-Niger. C’est pourquoi le CEMGA du Burkina Faso, le colonel major Moïse Minoungou, a tenu à préciser lors de la cérémonie d’ouverture, l’urgence des questions à examiner ainsi que la nécessité de prendre en compte les nouvelles orientations décidées par les dirigeants, afin de favoriser un rapide retour de la sérénité dans l’espace du G5 Sahel. « Les décisions et orientations devront permettre au commandement de la force conjointe après un changement de posture, d’envisager un plan de campagne plus réaliste en mesure d’inverser la tendance de façon significative dans la zone des trois frontières. Une relecture de certains des aspects du concept stratégique des opérations de même que de certains documents stratégiques s’impose aussi », a laissé entendre le CEMGA. Les résultats des travaux devraient donc permettre d’insuffler une dynamique nouvelle à la force conjointe et mieux adaptée à l’environnement sécuritaire du moment.

Plus concrètement, ces deux jours de travaux devraient permettre aux participants, de procéder à la relecture des textes afin de permettre à chaque bataillon sur le terrain, de mener des opérations sur tout l’espace de la zone du G5 Sahel. def 2Selon le colonel major Moïse Minoungou, « au niveau du G5 Sahel, chaque bataillon ne pouvait faire des opérations que sur son territoire. Actuellement avec les instructions des chefs d’état-major, normalement tout l’espace devrait être une zone d’opérations. Une troupe doit pouvoir quitter son territoire pour aller sur un autre. Mais les textes ne le permettaient pas ; au cours de cette réunion les participants vont donc essayer de faire des modifications afin de pouvoir mener des opérations dans tout l’espace ».

 Aux côtés du CDS du G5 Sahel, des partenaires stratégiques comme la France, représentée par le chef d’état-major général des armées françaises, ainsi que le commandant de la force Barkhane, mèneront la réflexion pour une meilleure coordination des actions sur le terrain afin d’en finir avec les forces du mal qui endeuillent populations civiles et forces de défense et de sécurité.

Armelle Ouédraogo

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>