jeudi 2 décembre 2021

Démarrage des travaux de bitumage de la voirie de desserte principale des arrondissements 10 et 11 : Les populations riveraines installées anarchiquement subissent des désagréments

constr uneLe maire de la commune de Ouagadougou, Armand  Béouindé, a procédé au lancement des travaux de bitumage de la voirie de desserte principale des arrondissements 10 et 11, le  29 juillet 2019 à l’arrondissement 10. Longue de 10,3 kilomètres, la voirie est entièrement financée par la Banque islamique de développement BID à hauteur de 12 083 152 453 FCFA.  Les travaux ont commencé il y a quelques jours. Par conséquent, les populations riveraines qui y étaient anarchiquement installées subissent des désagréments. Voici le constat fait par Radars Info Burkina.

Nous sommes ce mardi 24 septembre matin à l’arrondissement 10 de Ouagadougou, précisément au secteur 45, dans la zone lotie non encore attribuée. Les travailleurs de l’entreprise en charge des travaux de bitumage de la voirie sont sur les lieux. Des maisons ainsi que des murs sont  détruits, des toits décoiffés, des kiosques déplacés.

« 5 jours avant le démarrage des travaux, un crieur public, à l’aide d’un mégaphone, a prévenu ceux qui avaient leurs maisons ou commerces dans la délimitation de la voirie.  Mais à notre grande surprise,  des  hommes sont arrivés avec un bulldozer avant le délai. C’est ainsi que chacun se précipitait  pour récupérer ce qui pouvait encore l’être », explique un habitant dont la maison a été impactée.

constr 2Quant à Paul Ouédraogo, il est assis avec sa famille devant une cour partiellement détruite. « Je suis content de la construction de cette voie. Mais actuellement je suis dans des difficultés. La maison où logeaient mes fils est détruite. Mon kiosque a également été touché », se morfond M. Ouédraogo.

Le vieux Sawadogo est assis seul devant sa cour. Il a les yeux rivés sur la voie en construction. « J’habite ici depuis plus de 30 ans. Actuellement, ma cour est devenue très restreinte. Des maisons ainsi que des murs sont détruits. C’est compliqué. Ils devraient se soucier de notre sort et nous soutenir », déplore-t-il.

« Le développement d’une localité passe par la voie. On ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs. La circulation sera fluide, il y aura moins de poussière, le commerce autour va se développer », avance M. Compaoré.

Pour Yacouba Soudré, les désagréments il fallait forcément s’y attendre. « C’est avec joie que nous constatons le commencement des travaux de bitumage de la voie. La route joue un rôle très important dans le développement d’un pays.  Je faisais l’activité de commerce de ciment et de sable au milieu de la voie. Mais c’était interdit de s’y installer. En 2007, on avait procédé au déguerpissement des populations qui y habitaient. D’autres personnes comme moi y sont revenues par la suite pour s’y installer et entreprendre. Donc ce n’est pas une surprise pour moi. Je savais que du jour au lendemain  j’allais devoir quitter les lieux », explique Yacouba Soudré, commerçant qui a subi des désagréments du fait du démarrage des travaux de construction.

Le délai d’exécution de la voirie de desserte principale des arrondissements 10 et 11 est de 12 mois. Elle traversera les arrondissements 10 et 11 pour rejoindre les routes nationales N° 4 et N°5 en passant par le Camp Baba Sy. Elle va partir de la RN4 (route de Fada N’Gourma) pour rejoindre la RN5 (route de Pô). Cette voirie aura la particularité d’avoir 3 voies. Il y aura des 2 fois 2 voies pour les cycles et une voie réservée aux bus.

Aly Tinto (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>