jeudi 2 décembre 2021

Réparation des engins à deux roues : « Ceux qui ont eu à réparer la moto V’SPA peuvent réparer sans difficulté les nouveaux scooters», selon un mécanicien

eng uneLes engins à deux roues inondent les marchés et les rues au Burkina Faso actuellement.  Ce sont les motos à 4 temps qui occupent une place de choix ces dernières années. Les motos à 2 temps ont tendance à se raréfier. Radars Info Burkina est allé à la rencontre des réparateurs d’engins à deux roues pour comprendre la transition dans la réparation des engins à 4 temps, d’autant plus que certains modèles sont à injection.

Ce jeudi 26 septembre 2019 dans la matinée, nous arrivons dans un atelier de réparation d’engins à deux roues dans la zone de Ouaga 2000. Des mécaniciens s’affairent à réparer plusieurs motos à 4 temps pendant que leurs clients patientent sur un banc.

Omar Ouédraogo, le chef d’atelier, est occupé à monter un nouveau piston sur une moto de type Crypton. «  Je suis dans la réparation des engins à deux roues depuis 2002. J’ai acquis la connaissance dans plusieurs ateliers de réparation. Avant, c’était la réparation des motos à 2 temps comme la Yamaha dame V80, la MBK, la Ninja, la P50… Maintenant, ce sont les motos à 4 temps comme les Crypton, les Nano, les Sirius, les 150, les scooters. La transition s’est opérée sans difficulté à mon niveau. Si tu es expérimenté dans la réparation, tu t’en sors facilement. Par exemple, l’ancienne Suzuki dame fonctionnait comme les nouvelles motos Nano,  Sirius,  Crypton. Les nouveaux scooters et les anciens V’SPA ont un fonctionnement similaire.  Donc actuellement il n’y a pas cet engin à deux roues   en situation de panne que je ne peux pas réparer », explique le chef d’atelier.

eng 2Il fait savoir également qu’en matière de pièces de rechange pour ces nouveaux engins, le client a le choix entre l’original qui est de bonne qualité et le générique à prix abordable mais de piètre qualité. «Les pièces de rechange génériques sont assez disponibles. Par exemple, le piston que je suis en train de monter coûte 4 000 F CFA ; le piston d’origine, lui, coûte 8 000 F », dit-il.

Autre lieu, nous sommes au marché du Théâtre populaire (TP), zone par excellence de la vente et de la réparation des engins à deux roues.

Salif Ouédraogo est dans son atelier avec ses assistants. Tout le monde est occupé. M. Ouédraogo est en train de réparer une moto 135 à injection.

«Je totalise 30 ans dans l’activité de la mécanique des engins à deux roues. Par jour à mon atelier on peut descendre et monter le moteur de 10 motos. Ceux qui ont eu la chance de réparer les Honda dame à l’époque, peuvent réparer sans difficulté les motos d’aujourd’hui à 4 temps comme les 135, les 150 de marque Yamaha. Me concernant, en plus de l’expérience, j’ai eu à participer à des séances de formation et de recyclage. Ainsi, je répare sans difficulté n’importe quelle moto à injection», avance-t-il.

Aujourd'hui, les constructeurs de motos sont dans une phase de transition. Pour s’adapter aux nouveaux engins, une maîtrise du métier de la mécanique associée à un bon niveau de connaissances techniques serait nécessaire. 

 

Aly Tinto (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>