samedi 31 octobre 2020

Crise humanitaire au Burkina : Peter Maurer, président du CICR, en visite à Kaya pour s’imprégner des problèmes humanitaires du Centre-Nord

cic uneLa spirale de la violence dans les pays du Sahel a provoqué une crise humanitaire sans précédent. A la date du 8 août 2020, le Burkina Faso enregistre 1 013 234 personnes déplacées internes. Pour une assistance de ces personnes, des organisations humanitaires viennent en appui à l’Etat burkinabè. C’est le cas du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui vient en aide aux personnes touchées par les conflits armés et agit pour le respect du droit international humanitaire. Peter Maurer, président du CICR, après le Niger, est venu au pays des hommes intègres le 12 septembre 2020. Le lendemain dimanche, il s'est rendu dans la région du Centre-Nord, qui accueille 416 136 déplacés internes, dont  102 494 à Kaya.

Au cours de son déplacement à Kaya le dimanche 13 septembre, Peter Maurer était accompagné de Dominik Stillhart, directeur des Opérations du CICR, de Patrick Youssef, directeur régional pour l'Afrique au CICR, et de Laurent Saugy, chef de la délégation CICR Burkina. Dans un premier temps, la délégation s’est rendue au Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) du secteur 6 de Kaya, dont 80% des personnes consultées sont des personnes déplacées internes (PDI). Le CICR soutient ce centre de santé qui offre des soins gratuits aux déplacés. Les principales activités du projet d’appui au CSPS du secteur 6 de Kaya sont la réhabilitation des infrastructures et l’équipement du CSPS, l’approvisionnement régulier en médicaments, le renforcement des capacités du personnel de santé et l’appui par des formations. Ce sont 34 agents de santé qui y offrent des soins en permanence à la maternité et au dispensaire.

cic 2Peter Maurer a été chaleureusement accueilli par les autorités municipales, coutumières et sanitaires de cete ville réputée pour ses brochettes au « koura koura » ainsi que par des représentants des PDI. 

«Les séances de formation organisées par le CICR nous ont permis d’acquérir beaucoup de compétences. Nous avons reçu une formation sur les principes éthiques de fourniture de soins de santé en situation de conflit armé, une formation sur la prévention et la prise en charge de la COVID-19,  une formation qui permet aux agents de santé d’être aptes et aguerris pour prendre en charge les enfants malnutris et une autre sur la prévention et le contrôle des infections», a déclaré Issa Sawadogo, major du CSPS, entouré pour l’occasion de ses collègues.

En consultation curative, de janvier à août 2020, 38 756 personnes ont été consultées, soit une fréquentation dudit CSPS de plus de 161 personnes par jour. En matière d’accouchements, le personnel sanitaire a assisté 1304 femmes en août 2020. « C’est l’occasion pour moi de louer la bravoure, la ténacité et l’engagement des sages-femmes, qui se battent nuit et jour pour assister ces femmes. Nous avons au moins 5 accouchements par jour dans ce centre», a ajouté Issa Sawadogo.

S'agissant de la prise en charge des enfants victimes de malnutrition, le CSPS a assisté 849 enfants en 2019, et 509 enfants de janvier à août 2019. « Le CICR nous a permis de faire des campagnes de rattrapage dans les quartiers du secteur 6 pour la vaccination des enfants. Ces stratégies nous ont permis de vacciner plus de 1700 enfants en trois passages. En plus de cela, nous avons assisté 200 femmes en consultations prénatales dans les différents villages », a précisé le major du CSPS.

Le président du CICR a procédé par la suite à la visite des locaux de cette formation sanitaire pour s’imprégner des conditions de travail des infirmiers et sages-femmes. Au niveau du dispensaire, très exigu, la salle d’attente était bondée de patients de tous âges. Inoussa Sawadogo, jeune garçon, a fui Foubé, son village,  pour se réfugier à Kaya, où il vit depuis 6 mois avec sa famille. Il a amené son nourrisson en consultation, car celui-ci a de la fièvre la nuit venue.

A la maternité, certaines salles sont en pleine réfection et des infrastructures sont également en train d’être réalisées. Dans la cour du CSPS, une nouvelle ambulance tricycle est garée sous un arbre. C’est un don du CICR au CSPS. Depuis son arrivée, elle a permis d'évacuer plus de 50 personnes au Centre hospitalier régional (CHR) de Kaya. 

cic 3La délégation du CICR a visité également la salle multidimensionnelle qui sert de vaccination, de sensibilisation et d’éveil. Au niveau de la salle de mise en observation, Aïssata   Rouamba, une sexagénaire, est assise sur un lit. Elle a fui son village avec tous les membres de sa famille pour trouver refuge à Kaya. « Je remercie le CICR, car  grâce à lui nous recevons les soins gratuitement.  Nous félicitons aussi les agents de santé pour les soins reçus», a-t-elle lancé.

Peter Maurer s’est retiré par la suite dans une salle pour s’entretenir avec des agents de santé déplacés qui ont été réaffectés au district sanitaire de Kaya.

Boukari Ouédraogo, maire de la commune de Kaya, a remercié le président du CICR pour les actions humanitaires dans sa localité.  Selon lui, le secteur 6 accueille plus d’1/3 des déplacés de la commune. « Votre appui en matériel et en réfection et formation au CSPS est le bienvenu ».

L’édile a profité de l’occasion pour solliciter l’extension de la salle de consultations et la construction d’un laboratoire pour pouvoir transformer le CSPS en un Centre médical.

« Je suis venu à Kaya pour prendre connaissance des problèmes humanitaires de la région du Centre-Nord, surtout des impacts des déplacements des personnes ces dernières années,  précisément les pressions sanitaires au niveau des centres de santé, et pour voir comment le CICR et d’autres partenaires, avec les autorités de la région, ont pu réagir à ces pressions et comment maintenir ces soins de santé. J’étais très impressionné ce matin de voir ce qui a été accompli  et ce qui reste à faire dans cette région », a affirmé le président du CICR.

Selon, lui, vu le nombre de consultations auquel le centre est confronté, le CICR va  encore devoir augmenter considérablement les capacités de réponse du CSPS. Avant de prendre congé, Peter Maurer a reçu un cadeau des agents de santé.

La délégation du CICR s'est ensuite rendue sous un soleil ardent dans le village de Bisnoogo-Peuhl, dans la commune de Boussouma. Un forage y a été réalisé par le CICR pour le grand bonheur des déplacés ainsi que des populations autochtones.

Au village de Bisnoogo-Peuhl, qui enregistre 946 déplacés internes, un nombre supérieur à l'effectif total des populations hôtes, la population est sortie nombreuse témoigner sa gratitude au président du CICR.

Aly Tinto

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>