jeudi 4 mars 2021

Ministère de la Culture : Ce que des acteurs culturels retiennent d’Abdoul Karim Sango et attendent d’Elise Ilboudo

nister uneLe ministère de la Culture est désormais dirigé par Elise Ilboudo en remplacement d’Abdoul Karim Sango, son prédécesseur. La non-reconduction de ce dernier est diversement appréciée par les acteurs culturels. Radars Info Burkina a recueilli les avis de quelques-uns d'entre eux.

Après plusieurs mois à la tête du ministère de la Culture, Abdoul Karim Sango a été remplacé à ce poste par  Elise Ilboudo à  l’occasion de la constitution du récent gouvernement Dabiré II. Et le moins qu'on puisse dire est que le départ de ce professeur de droit est apprécié de diverses manières dans le milieu culturel burkinabè. Par exemple, de l'avis de l’artiste musicien Almamy KJ, l’ex-ministre Sango, dans l'exercice de ses fonctions, n’a pas pu répondre aux attentes des artistes burkinabè. « Nous avons demandé que le BBDA ait un logiciel unique de comptabilisation et souhaité qu’il y ait davantage de transparence  en matière de sélection des activités organisées par l’Etat telles que la SNC, le FESPACO et le SIAO. Nous avons aussi demandé qu'il y ait de la transparence  dans la gestion du fonds de promotion culturelle du BBDA. Malheureusement, rien de tout cela n’a été fait », a-t-il déploré. nister 2Selon lui, les acteurs culturels ne sont pas soutenus équitablement et beaucoup reste à faire au ministère de la Culture. Et notre interlocuteur d’ajouter : « Ce sont les acteurs culturels qui ont plus de 15 ou 20 ans de carrière qui sont toujours soutenus. Pour ce qui est de la COVID-19, il n’y a que 150 millions de francs CFA qui ont été utilisés au profit des artistes musiciens, des cinéastes, des plasticiens et des écrivains. »

Mais Almamy KJ affirme qu’à ce jour, aucun bilan clair de la gestion de cette allocation financière n’a été fait : « Il y a vraiment un problème au ministère de la Culture et ce, avec la complicité de l’ex-ministre Sango, parce que les milliards qui ont été alloués aux créateurs par le chef de l’Etat sont passés par ledit ministère. Nous avons demandé un minimum d’un million de FCFA de cachet pour les activités organisées par l’Etat et un minimum de 300 mille FCFA pour ce qui est des play-back,  mais notre requête qui n’a jamais été satisfaite.»  nister 3A son avis, leur ministère de tutelle devrait travailler à améliorer les conditions de vie des différents acteurs culturels. « De toute façon, les ministres s’en vont mais les syndicats demeurent. Le plus important pour nous, c’est l’amélioration des conditions de vie des acteurs culturels », a-t-il conclu.

Contrairement à Almamy KJ, Papus Zongo, manager d'artistes,  dit apprécier le travail accompli par l’ancien ministre Abdoul Karim Sango. A l'en croire, ce dernier se caractérisait par son franc-parler. « Je suis de ceux qui pensent que l’ex-ministre de la Culture était correct ; c'est un homme qui ne mâche pas ses mots et il  a voulu apporter sa contribution au développement de la culture burkinabè », a-t-il  souligné. Toutefois, il dit espérer que la toute nouvelle ministre de la  Culture, Elise Ilboudo, continuera sur cette lancée pour le développement de la culture burkinabè. « Nous espérons que la nouvelle ministre poursuivra ce qui n’a pas pu être achevé par son prédécesseur et qu’elle prendra le temps de connaître son ministère et les problèmes liés au secteur de la Culture », a dit en guise de conclusion Papus Zongo.

Quoi qu’il en soit, les acteurs culturels espèrent tous un changement au sein de leur département afin de voir rayonner la culture burkinabè sur la scène internationale. Et une chose est certaine : la nouvelle ministre sera jugée à la l'aune de ses actions. 

Stéphanie W. Lallogo

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>