lundi 17 mai 2021

UCAO : Des étudiants s’expriment sur un documentaire consacré au père de la Révolution burkinabè

ucaoo uneLe Club des débatteurs et orateurs de l'Université catholique de l'Afrique de l'Ouest (CDO/UCAO) de Bobo-Dioulasso a assisté à la projection du film documentaire « Thomas Sankara, l’humain » le samedi 20 mars. C’était en présence du réalisateur, Richard Tiéné.

Prière d’introduction, exécution magistrale du Ditanyé, c’est ce qui a marqué le début de la séance de projection. Durant 2 heures, les apprenants de ce temple du savoir ont pu découvrir ou redécouvrir le parcours historique du leader de la Révolution burkinabè.

De l’avis de Donald Dah, étudiant en 2e année de droit et secrétaire général du CDO/UCAO, cette projection est une aubaine dans la mesure où elle a beaucoup appris aux étudiants. « Ce film nous a permis d’être plus éclairés sur l’affaire Thomas Sankara. Nous ne pouvons que remercier le réalisateur et son équipe pour l’originalité de cette production », a-t-il affirmé.

ucaoo 2Aboubacar Sidiki Sanou, étudiant en 1re année de droit, explique pourquoi ils ont porté leur choix sur ce film : « Ce qui nous a amenés à faire projeter un film sur Thomas Sankara, c’est parce qu’il est une figure emblématique de l’histoire du Burkina Faso et même au-delà. A travers ce film, nous avons voulu partager avec nos camarades l’idéologie et la mentalité de Thomas Sankara, ses qualités et sa manière de voir les choses. En outre, il y a l’originalité de l’œuvre et le fait qu’elle ait été réalisée par un Burkinabè. Au regard de l’engouement qu’a suscité la projection ce soir, nous pensons que le message est passé. »

Diato Maria Astride Namouniara a, elle, dit être satisfaite du documentaire, même si elle déplore que Thomas Sankara soit mort.  « C’est vraiment un gâchis qu’il ait été tué, parce qu’il aurait apporté énormément à notre pays et nous aurait appris à nous assumer en tant qu’Africains », a déclaré l’étudiante en 2e année de droit.

ucaoo 3« Nous sommes satisfaits d’avoir partagé ces instants avec des étudiants très disciplinés et des encadreurs très ouverts », a pour sa part confié Richard Tiéné, le réalisateur. Il a précisé que c’est depuis plusieurs mois que les étudiants souhaitaient voir le film. « Nous n’étions pas encore forcément préparés à une projection dans un amphithéâtre de l’UCAO », a-t-il néanmoins souligné. 

M. Tiéné dit apprécier la tolérance religieuse qu’il y a au sein de cette université catholique, cela d’autant plus que les étudiants musulmans sont autorisés à prier là-bas. Et de faire remarquer que c’est justement ce dont le Burkina Faso a besoin en ce moment.

Les étudiants ont manifesté leur intérêt pour le film à travers des questions à la fin de la projection. Les questions se sont même poursuivies hors de l'amphithéâtre après le film, ce qui atteste la soif de connaissance de ces apprenants.

Selon le réalisateur, d’autres universités de Bobo-Dioulasso souhaitent que ce film soit projeté dans leurs amphithéâtres.

Bessy François Séni  

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires