jeudi 28 octobre 2021

Foncier au Burkina : « Une bombe à retardement », selon Pama Nébié, SG de la coalition des associations de défense du droit au logement

ffcier uneIl ne se passe plus un jour sans qu’on entende des plaintes de citoyens ayant été brimés dans l’attribution de parcelles ou victimes de l’accaparement de terres par des tiers. Certaines mairies sont aussi en conflit avec des individus pour des raisons liées au foncier, si bien que les autorités sont parfois obligées de s’en mêler pour trancher. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le foncier au Burkina Faso est devenu un sérieux problème et on est en droit de se poser des questions sur ce que l’avenir nous réserve en la matière. Le secrétaire général de la coalition des associations de défense du droit au logement, Pama Nébié,  nous donne son opinion sur ce sujet  très sensible.

Il y a une rude bataille autour de l’accès à la terre. La gestion du foncier est mise à mal. Selon Pama Nébié, la question foncière est très préoccupante. « Que ce soit sous le régime passé de Blaise Compaoré, où il y a eu le plus de fraude, ou sous celui de Roch Marc Christian Kaboré, la situation n’a pas changé ; elle a même empiré. Nous disons que la gestion foncière n’est pas du tout reluisante », affirme-t-il. Pour le secrétaire général de la coalition des associations de défense du droit au logement, le problème est dû à l’accaparement des terres par les sociétés immobilières, celles-là même qui sont chargées de mettre des logements décents à la disposition de la population. « C’est clair, les promoteurs immobiliers ne sont que des instruments de pillage du foncier à la solde du pouvoir », dénonce-t-il. Il justifie cette assertion, non seulement par le coût élevé des maisons mises à la disposition des populations, mais aussi parl’inégalité de chances des citoyens dans l’obtention d’une parcelle ou d’un logement : «L’activité des sociétés immobilières fait énormément souffrir les populations parce qu’elles sont des instruments de pillage du foncier du fait de leur activité. De ce fait, les chances des populations d’avoir accès à des logements décents, d’avoir accès à des terres sont réduites. Ces sociétés constituent un danger parce que tout simplement ce qu’elles produisent comme logements est vendu à des coûts exorbitants. Cela fait que beaucoup de personnes ne peuvent plus avoir accès au logement ». prombbDès lors, un des droits fondamentaux de l’être humain, à savoir l’accès à un logement, se trouve menacé par l’inégalité des chances. Selon notre interlocuteur, pour le citoyen moyen, avoir une parcelle est devenu la mer à boire.

Une inégalité qui défavorise surtout les moins nantis. « C’est la raison pour laquelle nous disons que la question du foncier est une bombe sociale qu’il faut travailler à désamorcer en abrogeant la loi 057-2008/AN du 20 novembre 2008 qui porte promotion immobilière au Burkina Faso », clame le secrétaire général de la coalition des associations de défense du droit au logement, même s’il reconnaît que le foncier n’est pas une question purement technique qui se résout par une manipulation juridique, ou une affaire économique mais plutôt une question purement politique. « Cela veut dire que c’est la politique du foncier qu’il faut repenser dans notre pays », déclare M. Pama. Et de se questionner sur la volonté politique dans ce sens : « Est-ce qu’on veut une politique en faveur du plus grand nombre ou plutôt une politique en faveur d’une minorité de riches qui vont accaparer l’essentiel du foncier et en faire des activités de production où ils vont instaurer un système de production favorable à cette minorité et défavorable à la grande majorité de la population ? »

De l’avis du SG de la coalition des associations de défense du droit au logement, il faut une volonté politique réelle de gérer le foncier au profit des populations, y compris les pauvres, parce qu’ils n’ont pas une autre planète où ils vont aller habiter. Mais force est de constater une volte-face des autorités. « En réalité quand on regarde les agissements de ces hommes politiques, on voit qu’ils ne veulent pas ou que ce n’est pas de gaieté de cœur qu’ils essaient de prendre en compte les revendications des populations. C’est lorsque ces autorités sont acculées qu’elles essaient un peu d’aller dans le sens des populations mais elles ne vont pas jusqu’au bout et c’est cela le problème », lâche-t-il. A l’en croire, les agissements des autorités visent à donner de l’espoir au peuple sans pour autant le satisfaire véritablement. « C’est la raison pour laquelle nous disons que la question du foncier est une bombe sociale qu’il faut travailler à désamorcer, sinon il faut craindre pour l’avenir», a conclu Pama Nébié.

L’Etat est donc invité à explorer les voies et moyens pour assurer des lendemains meilleurs aux populations qui aspirent à des logements décents.

Sié Mathias Kam

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>