lundi 23 mai 2022

Marche du 22 janvier 2022 : Les manifestants de Ouagadougou dispersés à coups de gaz lacrymogène

aartt uneComme prévu, les jeunes de Ouagadougou sont sortis ce samedi 22 janvier 2022 malgré l’interdiction de la mairie centrale. Et comme il fallait s’y attendre, ces manifestants ont été dispersés au centre-ville à coups de gaz lacrymogène par les éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS). On déplore malheureusement  un blessé parmi les hommes de médias.

Si au départ les organisateurs ont déclaré que la marche de ce jour visait à soutenir le peuple malien qui est sous le coup des sanctions de la CEDEAO, certains jeunes sont sortis ce samedi  pour manifester contre l’inaction des autorités face à la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. « Le marché est devenu morose ; ceux qui sont dans les villages n’arrivent plus à venir payer nos marchandises ; on est découragé. On veut un autre président, un président comme celui du Mali », a déclaré  Gaspi le Célèbre, un des manifestants.

aartt 2Jacques Ouédraogo est un autre manifestant. Il ne décolère pas. «Ce qui se passe dans le pays, c’est trop. Trop, c’est trop et le gouvernement ne veut pas qu’on parle. C’est une dictature. On ne sait plus quoi dire. Chaque fois on nous gaze (…). On a décidé de marcher pour soutenir  les Maliens et nos FDS et VDP. A l’heure actuelle, on a tout changé : les chefs de corps, les ministres ; c’est de président qu’on n’a pas encore changé. Une révolution même nous arrangerait », a-t-il clamé.

Contrairement aux fois précédentes, cette fois-ci les manifestants n’ont pas eu le temps de rassembler grand monde. Qu’à cela ne tienne, ceux qui étaient là pour manisfester  étaient  très déterminés face aux forces de l’ordre. Les éléments de la gendarmerie étaientt positionnés pour empêcher tout accès à la place de la Nation et ceux de la CRS faisaient la ronde pour empêcher tout rassemblement. aartt 3Quant aux éléments de la police municipale, ils débarrassaient les barrières et les obstacles érigés par les mécontents du jour par endroits. C’était des courses-poursuites autour du grand marché Rood-Woko, qui n’affichait pas son grand monde habituel. Les éléments de la gendarmerie postés du côté de la Chambre de commerce et d’industrie ont essuyé des jets de pierres et des tirs aux lance-pierres. Ils ont même dû appeler des renforts.

Des incendies se sont déclarés à  quelques endroits, provoqués par les tirs des bombes lacrymogènes. C'est le cas d'un bâtiment commercial en face du siège de la LONAB, où un incendie a été maîtrisé par les sapeurs-pompiers. Un autre s'est déclaré dans un autre bâtiment en face de la Chambre de commerce, derrière le siège de Moov Africa. Heureusement avec la vigilance des jeunes, les flammes ont pu être maîtrisées. A noter qu’un de nos confrères de la télévision privée LCA a été blessé par un projectile et conduit au CHU Yalgado-Ouédraogo après avoir été pris en charge par la Croix-Rouge burkinabè.

Barthélémy Paul Tindano

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes