lundi 8 août 2022

Incident mortel à la base aérienne de Ouagadougou : Les avis des Ouagavillois divergent

incd uneLa nuit du 21 juin 2022 a été troublée par des tirs au centre-ville de la capitale burkinabè. On a ensuite appris qu’il s’agissait d’un incident survenu à la base aérienne 511 et ayant entraîné la mort de deux personnes. Le lendemain 22 juin, un communiqué du parquet militaire situant l’opinion sur les faits a expliqué qu’un véhicule s’était retrouvé dans le dispositif des éléments de sécurité et malgré les tirs de sommation, celui-ci continuait à avancer vers le poste. La sentinelle a donc été obligée d’ouvrir le feu sur ledit véhicule. Les avis sont partagés sur ce drame. Pour certains, la logistique de protection des zones rouges doit être revue ; pour d’autres, les Ouagavillois doivent prendre conscience que la situation sécuritaire du pays est particulière et savoir se comporter en conséquence.

Les avis des Ouagavillois sur l’incident mortel survenu à la base aérienne 511 divergent. Pour Kiswensida Kaboré, chacun a une part de responsabilité dans cette situation : tant la population que les forces de défense et de sécurité. « Il faut que tous ceux qui vivent dans le pays prennent conscience que la situation sécuritaire est particulière et sachent comment se comporter. Il faut aussi que les forces de sécurité prennent des dispositions et revoient leur logistique de protection », a-t-il précisé.

incd 2Il explique qu’il y a des zones rouges où quand quelqu’un décide de s’aventurer il verra les pneus de son engin détruits entièrement. « Nous ne savons pas ce qui s’est réellement passé, mais je me dis qu’il fallait viser les pneus du véhicule après les tirs de sommation. La dame a certainement paniqué et ne savait plus par où aller », a-t-il ajouté.

incd 3De l'avis de Berthé Famara, la présence des casernes militaires en ville doit être revue. Nicolas Nikiéma, quant à lui, pense que toute zone stratégique doit être protégée et c’est aux populations de tout faire pour respecter les mesures de sécurité, même si par moments de tels incidents peuvent survenir. « C’est une situation vraiment triste et déplorable, mais il faut garder à l'esprit que le pays fait face à une situation sécuritaire difficile et si on était à la place des militaires, on aurait très certainement eu la même réaction. Néanmoins, les forces de sécurité devraient essayer de revoir les choses et de trouver des moyens pour alerter les usagers qui se trompent d’itinéraire, car une telle méprise peut arriver à n’importe qui», a-t-il affirmé.

En rappel, en 2021, un expatrié français qui se fiait à son GPS pour trouver son chemin avait été blessé par des tirs de sommation.

Nafisiatou Vébama

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
y>