lundi 26 septembre 2022

Gouvernance économique des années 60 : La « garangose » a relancé l’économie nationale de l’époque

tmkoLa  « garangose », de nombreux Burkinabè s’en souviennent encore. Ce néologisme typiquement voltaïque apparu en 1966 désignait à la fois la politique de rigueur financière et d’austérité instaurée par le ministre Tiémoko Marc Garango, alors « grand argentier » du gouvernement du général Sangoulé Lamizana, et l’initiateur de ladite politique.

Après le soulèvement populaire de janvier 1966 qui a renversé le régime du président Maurice Yaméogo, le Burkina Faso (ex-Haute-Volta) était en proie à des difficultés économiques. Tiémoko Marc Garango, intendant général de 1re classe des Forces armées nationales (FAN) du Burkina Faso, est alors appelé au gouvernement pour y occuper le poste de ministre des Finances.

Pour l’Institut général Tiémoko Marc Garango pour la gouvernance et le développement (IGD), qui porte d’ailleurs son nom, ce dernier « était un brillant gestionnaire très apprécié pour sa rigueur et son sens du travail bien fait et a marqué d’une empreinte indélébile l’histoire économique et financière du Burkina Faso ».

Comment procéder pour relever l’économie voltaïque, alors complètement à terre ?

Le général Tiémoko Marc Garango, alors ministre des Finances et du Commerce, adopte une rigueur budgétaire et crée de nouveaux mécanismes de perception de fonds pour relever le défi de la relance de l’économie du pays.  

Dans ce sens, le « grand argentier » engage plusieurs réformes dans la fonction publique afin de remettre sur les rails l’économie nationale. Au nombre de celles-ci, on peut citer la retenue à la source de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) et la réduction des bourses d’études.

Nafisiatou Vébama

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes