dimanche 27 novembre 2022

Radars au tribunal : Âgée de 19 ans, elle escroquait des gens pour le compte de Qnet 

bbautreDeux jeunes filles, l’une âgée de 21 ans, élève en classe de 1re, que nous nommeront C.L., et l’autre âgée de 19 ans, élève en 3e, que nous appellerons A.T., ont comparu à la chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance Ouaga I ce mardi 20 septembre. Elles sont accusées de « faits d’escroquerie ». A.T. a écopé d’une peine d’emprisonnement de 12 mois et d’une amende de 500 000 FCFA, le tout assorti de sursis, tandis que C.L. a été relaxée au bénéfice du doute.

A.T., âgée de 19 ans, était une complice de Qnet qui avait loué un local à Ouagadougou pour elle. Son travail consistait à faire appel aux gens  pour leur dire qu’elle est dans une entreprise qui recrute avec un bon salaire. Chaque fois que quelqu’un manifestait de l’intérêt pour  la proposition, il lui était réclamé 600 000 francs CFA comme frais de dossiers, d’hébergement et de restauration avant le début effectif du travail. C’est dans ces circonstances que la jeune fille a pu faire inscrire 20 personnes. Elle était à la 21e personne, à qui elle a pu soutirer 200 000 FCFA. « Il m’a appelé dire qu’il vient au Burkina mais qu’il n’a pas d’emploi. Je lui ai dit que je fais le commerce de certains produits et qu’il pouvait venir. Mais qu’avant de commencer il devrait payer 600 000 F et il a dit qu’il n’a pas cette somme et qu’il avait 200 000. C’est ce qu’il est venu payer», a-t-elle raconté.

Elle a été déclarée coupable des faits d’escroquerie. Ayant reconnu les faits et demandé pardon aux membres du Tribunal, elle a été condamnée à 12 mois d’emprisonnement et à une amende de 500 000 FCFA, le tout assorti de sursis.

Quant à C.L., elle n’a pas reconnu les faits car elle dit  avoir été victime de ce système. « J’ai une voisine du nom de B.A. Elle m’a contactée depuis Fada N’gourma et dit qu’elle travaille dans une entreprise à Ouagadougou et que l’entreprise voulait recruter des gens pour des formations dans plusieurs domaines  dont la santé. Elle m’a dit de faire venir mes dossiers et je lui ai envoyé.  Quelques jours après, elle m’a appelé pour m’informer que j’étais retenue et que je pouvais venir commencer la formation. Quand je suis venue, elle a dit d’appeler mon papa pour qu’il envoie les frais de formation qui coûtent 450 000 FCFA et mon papa a envoyé cela. Ensuite, elle a dit qu’il y avait une possibilité pour mon frère. Lui aussi, il a envoyé ses dossiers. Elle a dit que les frais d’inscription pour mon frère font 650 000 FCFA et mon papa a encore envoyé cela. Et c’est juste après ça que la police est venue nous prendre dans la maison où on logeait. Donc je n’ai jamais fait venir quelqu’un pour l’inscrire. Je ne connais même pas l’entreprise », a-t-elle expliqué.

Au regard de ses explications, le procureur a demandé au tribunal de la relâcher au bénéfice du doute.

 Nombreuses sont ces personnes en quête d’emploi qui se font avoir par ces prétendues entreprises qui disent offrir des opportunités d’emploi avec un bon salaire alors qu’elles n’existent en réalité que de façon fictives.  Combien de temps faudra-t-il pour mettre fin aux pratiques de ces réseaux d’escrocs dans ce contexte où la jeunesse est en quête de gain facile ?

Flora Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes