jeudi 28 octobre 2021

Football : « Chaque match entre le Burkina et la Côte d’Ivoire, c’est presque une ‘’guerre’’ entre ces 2 pays voisins » (Mahamad Sangaré, journaliste sportif)

Match amical 1Le 5 juin 2021, le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire ont rendez-vous au stade Alassane Ouattara d’Ebimpé à Abidjan pour un match amical. En prélude à cette rencontre sportive, Mahamad Sangaré, journaliste sportif, nous confie ses attentes.

Bien que leur dernier face-à-face remonte à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale, les confrontations entre Etalons et Eléphants donnent toujours de la saveur et créent une ébullition chez le public sportif quand on sait la proximité entre ces deux pays sur tous les plans. Pour le journaliste sportif Mahamad Sangaré, le match amical entre ces deux Nations est un test grandeur nature car statiquement parlant, les Etalons sont inférieurs aux Eléphants mais il ne faudrait pas y aller avec le ventre mou. « Chaque match entre le Burkina et la Côte d’Ivoire, c’est presque une ‘’guerre’’ entre ces 2 pays voisins », confie M. Sangaré. Et d’ajouter: « Il ne faut surtout pas être ridicule face aux Eléphants ». Pour lui, cela passe par un rajeunissement de l’équipe en offrant du temps de jeu aux jeunes.

« Je m’attends à ce que le coach répare ses erreurs des deux derniers matchs des Etalons, c’est-à-dire qu’il donne plus de chances aux jeunes », explique-t-il. Selon notre interlocuteur, il faut pour ce match ouvrir un champ de jeu en offrant la possibilité aux jeunes de montrer ce qu’ils valent. « On espère les voir sur le terrain et se faire une idée de leur performance, une idée de leur qualité », dit-il.

Equipe en pleine reconstruction avec un rajeunissement progressif annoncé par les dirigeants, les Etalons du Burkina Faso piétinent en termes de résultats et de projet de jeu. « Le résultat pour moi importe peu, c’est la construction de l’équipe qui est le plus important », affirme Mahamad Sangaré. Selon lui, il faut donner la chance aux jeunes de mouiller le maillot en dépit des résultats au temps T afin d’asseoir une équipe pour le long terme. « Nous espérons voir une équipe du Burkina joueuse et compétitive. Même si on perd, qu’on soit vraiment maître du jeu, qu’on puisse développer une philosophie de jeu burkinabè, déposer le ballon et jouer », martèle Mahamad Sangaré. Et de compléter son propos en ces termes : « L’objectif du coach Kamou Malo n’est pas de battre la Côte d’Ivoire mais de construire un projet de jeu ».

Match amical 2

Dans la même veine que Mahamad Sangaré, Salifou Guigma, journaliste sportif, n’espère pas un résultat instantané des Etalons. « Pour une équipe en construction comme celle du Burkina, je ne pense pas qu’il faille attendre grand-chose en termes de résultats », s’explique-t-il. Pour lui, la priorité, c’est de voir les jeunes en situation de jeu.

« On ne peut que demander au public d’être un peu plus tolérant vis-à-vis de l’équipe nationale burkinabè, qui est véritablement en chantier », conclut Mahamad Sangaré.

9 années d’attente pour un match entre ces deux équipes mais, faut-il le rappeler, il y a 24 ans que les Etalons du Burkina n’ont plus battu les Eléphants de Côte d’Ivoire, la dernière victoire des nôtres remontant à 1997 à Ouagadougou avec un score de 2 buts à 0.

 

Sié Mathias Kam (stagiaire)

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>