jeudi 4 mars 2021

Investiture du Président Kaboré : Des analystes politiques se prononcent sur le nouveau quinquennat

titure uneRéélu Président du Burkina Faso pour un second mandat le 22 novembre 2020 avec 57,74%  des suffrages, Roch Marc Christian Kaboré a été investi ce lundi 28 décembre. La cérémonie solennelle de prestation de serment au palais des Sports de Ouaga 2000 a connu la présence de 10 chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest. Radars Info Burkina a tendu son micro à des analystes politiques et leaders de la société civile pour avoir leurs appréciations du discours du Président ainsi que leurs attentes de ce nouveau quinquennat.

Roch Marc Christian Kaboré a indiqué que ce nouveau quinquennat s’annonce avec plein de défis et d’espoirs pour la construction du Burkina Faso et la satisfaction des aspirations légitimes du peuple.  Pour concrétiser sa volonté d’associer tous les Burkinabè à la conduite des affaires publiques, il a  déclaré qu’il  lancerait dans les mois à venir de larges consultations afin de définir les voies d’une réconciliation nationale véritable. La bonne gouvernance sera au centre des préoccupations pour ce quinquennat.

« C’est un discours de bonne espérance parce qu’il est allé à l’essentiel et je crois qu’il a réitéré pas mal de demandes de la population. Il a parlé de la question sécuritaire, de la réconciliation nationale, mais aussi de la transformation de notre société puisqu’il invite les Burkinabè à changer de mentalité », a analysé Lionel Bilgo, analyste politique.

titure 2Pour lui, Roch Marc Christian Kaboré se présente comme le Président de tous les Burkinabè et c’est un discours qu’il faut prendre à la lettre, mais aussi surveiller et superviser de sorte qu’il tienne parole.

Selon Siaka Coulibaly, également analyste politique, le gros chantier de la réconciliation nationale  est en lien direct avec la question de la sécurité. « Le Président a également évoqué la question de la corruption qui est un chantier important de l’action gouvernementale. La question de la justice et d’autres secteurs moins importants que celle de la réconciliation et de la sécurité ont été également évoqués », a-t-il souligné.  

A son avis, sur la base de l’expérience de Roch Kaboré de ces cinq dernières années, mais aussi sur la base des demandes formulées par les différentes composantes de la société burkinabè et candidats à l’élection présidentielle, « il va essayer de synthétiser une action gouvernementale basée sur le réel cette fois-ci ».

titure 3L’artiste musicien Smockey du mouvement Balai citoyen  souhaite d’abord que ce second mandat de M. Kaboré permette de  rétablir la sécurité sur tout le territoire national. En plus de souhaiter qu’il donne l’exemple et assainisse de façon générale la gestion des fonds publics afin d’éliminer la corruption, il veut que le gouvernement mène à terme les dossiers emblématiques qui sont pendants en justice.

« Il faut valoriser plus la culture à travers des investissements qui permettront de développer ce secteur et d’augmenter les productions », a-t-il demandé.

Pour ce nouveau mandat de Roch Kaboré, M. Bilgo attend beaucoup de technicité, un peu plus de professionnalisme dans la gestion même du pouvoir et dans la gouvernance principalement.

Siaka Coulibaly a soutenu que le Président du Faso  connaît aujourd’hui les besoins de la société burkinabè, à travers les attentes qui sont formulées. « Il lui reste à mon sens à trouver les hommes et les femmes qui sont indispensables à la réalisation des objectifs qu’il s’est fixés. C’est là où il va peut être falloir l’attendre et voir s’il pourra réunir l’équipe ou les équipes car il y a plusieurs niveaux d’intervention qui lui sont nécessaires pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés », a-t-il déclaré.

Lionel Bilgo dit donc attendre du Président qu’il fasse un casting qui colle aux réalités du Burkina Faso. « Un casting du gouvernement qui va  travailler à sortir notre pays de l’ornière dans laquelle il est. Et je pense qu’il a pu avoir cinq années pour comprendre la difficulté qui est de manager un peuple comme le peuple burkinabè. Cette première expérience lui donne beaucoup plus d’atouts pour mieux sélectionner, choisir et donner le cap pour transformer le pays », a-t-il analysé.

Il a ajouté que si Roch Marc Christian Kaboré  se réfère à sa première expérience de la gestion du pays, il va éviter certains écueils ou certains pièges qu’il n’a pas su éviter durant son premier quinquennat.

Et Siaka Coulibaly de conclure que le  chef de l’Etat est à une phase où il a besoin de faire plus de résultats, non pas pour se faire réélire mais plutôt pour rester comme un homme politique qui aura marqué son époque.

Aly Tinto

 

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>