mardi 19 octobre 2021

Rapport du REN-LAC sur la fraude et la corruption électorales : Le MPP et l’UPC ne s’y reconnaissent pas

corromp uneDans le dernier rapport en date du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et l’Union pour le progrès et le changement (UPC) sont classés respectivement 1er, 2e et 3e en matière de corruption électorale lors du scrutin couplé de 2020. Mais les principaux partis mis à l’index dans ledit rapport réfutent les faits qui leur sont imputés.

Le REN-LAC, en tant qu’organisation de la société civile, s’est engagé dans l’observation du double scrutin couplé de 2020 en vue de contribuer à lutter contre la fraude et la corruption électorales. Selon le rapport dudit Réseau, la corruption et la fraude électorales s’entendent comme des pratiques ou manœuvres illégitimes dans le processus électoral qui pourraient entacher la sincérité des votes. Sur les 439 pratiques de corruption recensées, on note 314 observations directes et 125 cas de témoignages. corromp 2On y relève également une distribution importante d’argent aux potentiels électeurs à hauteur de 43%, une distribution de carburant de l’ordre de 16%, la distribution de tee-shirts avec ou sans l’effigie du parti (14%). A cela se sont ajoutés les dons en nature (14%) et l’utilisation des biens de l’État à des fins de campagne électorale (5%). Selon ces résultats, en considérant l’ensemble des faits de corruption observés, le MPP est classé 1er avec 46,9% des cas de corruption électorale. Il est suivi du CDP et de l’UPC avec respectivement 10,3% et 7,3%.

Selon le président du parti au pouvoir, après la proclamation des résultats, il y a eu plusieurs rapports et des conclusions ont été tirées. Simon Compaoré estime que c’est la Cour constitutionnelle qui est habilitée à valider les élections. « Chacun fait son rapport. Il y a d’autres structures de la société civile aussi qui ont fait leur rapport. Moi, je veux simplement dire que nous sommes fiers de notre victoire. Nous n’avons jamais compté sur la fraude ni la corruption pour gagner ces élections-là. Vous avez été témoins, en tout cas, je ne vais pas faire de commentaire outre mesure, je vais dire simplement que nous sommes de ceux-là qui sont extrêmement fiers parce que notre victoire n’a pas été volée, elle a été acquise de haute lutte », a martelé le président du MPP.

corromp 3D’après Moussa Zerbo de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), leur parti respecte le rapport fait par le REN-LAC mais ne s’y reconnaît pas. Pour lui, si l’UPC avait effectivement fraudé durant la campagne électorale, elle ne se serait pas classée 3e aux élections. « Est-ce que vous pensez qu’un parti qui a eu les moyens de corrompre des gens pourrait raisonnablement  occuper un tel rang ? Nous, on ne reconnaît pas avoir usé de corruption. Si on avait les moyens de corrompre les gens, je pense que notre classement aux élections aurait été différent », a-t-il affirmé.

Selon ce rapport du REN-LAC, seuls les candidats du MPP, du CDP et de l’UPC avaient des représentants dans au moins 70% des bureaux de vote supervisés ; le REN-LAC et le reste des candidats n’avaient pas de représentants dans plus 80% des bureaux de vote observés.

Bruno Bayala

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>