dimanche 27 novembre 2022

Situation nationale : « La victoire est possible, cette guerre ne nous dépasse pas » (Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, directeur de Free Afrik)

sablga uneLe samedi 3 septembre 2022, s’est tenue à Ouagadougou une conférence sur le thème « Et pourtant cette guerre ne nous dépasse pas ». Elle a été animée par le Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, directeur général de l’institut Free Afrik. Selon lui, face à cette crise, toutes les couches sociales doivent s’impliquer et c’est ainsi que le Burkina sortira victorieux. Il reste convaincu que la guerre contre le terrorisme « ne dépasse pas le Burkina ».

En 2021, le pays le plus touché dans le monde par le terrorisme, en termes de nombre de victimes, était le Burkina Faso après l’Afghanistan. L’ensemble des vecteurs croisés en termes d’impact place également le Faso au 4e rang dans le monde, après l’Afghanistan, l’Irak et la Somalie, a révélé le conférencier.

Cette conférence s’est tenue sur un paradoxe, selon le Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, lequel réside, a-t-il précisé, dans le fait qu’on n’a pas grand-chose mais en même temps qu’on n’a pas recruté suffisamment d’effectifs militaires, pas suffisamment équipé notre armée, pas suffisamment formé celle-ci, pas assez mobilisé la société ni suffisamment mis l’économie au service de cette guerre de façon spécifique.

Il s’est interrogé sur   comment on peut être désespéré pendant qu’on n’a pas engagé l’essentiel de l’effort nécessaire. C’est pourquoi il a soutenu que cette guerre « ne nous dépasse pas » parce que nous n’avons pas commencé l’essentiel.

sablga 2Selon le DG de Free Afrik, la guerre n’a commencé que pour ceux qui gisent au cimetière, ceux qui sont en errance sur les routes, les familles des victimes, ou ceux qui sont dans la situation où ils sont amputés, ceux qui sont en train de défendre le pays au quotidien sous la pluie, notamment les volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et les soldats .

Quant au reste des Burkinabè, nous continuons à faire comme s’il n’y avait pas de guerre, à faire comme si la nation n’était pas en péril, a souligné le Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo

Sur la question du comment faire cette guerre, il explique : « Etant donné qu’on n’a pas fait l’essentiel, on ne peut pas dire qu’on a perdu. Ainsi, si nous empruntons résolument les chemins pour nous mettre en ordre, sur les plans individuel et collectif, pas seulement l’État,  mais aussi le gouvernement qui doit donner le bon exemple, l’ensemble des organisations de la société civile, l’ensemble du secteur privé, les chercheurs, les intellectuels, la jeunesse ; si nous nous mettons ensemble, nous sommes dans la capacité de nourrir une nouvelle dynamique ».

sablga 3Selon le Dr Ouédraogo, cette guerre ne sera pas gagnée   inconditionnellement. C’est pourquoi, explique-t-il, pour mener cette guerre, il faut réunir l’ensemble de la société. « Si nous avons une société fragmentée comme celle-là, nous n’allons pas y arriver. Si nous avons une société dans laquelle les gens veulent que ce soit d’autres qui soient responsables de la situation et fassent le travail à leur place, on n’y arrivera pas. Si nous avons une société où les gens sont divisés par un faux agenda de la réconciliation, nous ne pouvons pas créer une unité à 100 pour 100. L’unité nationale, ce n’est pas l’unité des corrompus ou des corrupteurs. C’est l’unité autour de grandes valeurs, ce qui nous permettra de nous mettre ensemble pour donner le meilleur de nous-mêmes face au drame. Chacun a une responsabilité à assumer. Celle des autorités est fondamentale mais ne dispense pas les autres citoyens. Le chantier dans cette guerre, c’est la construction d’un Etat solidaire. Mais nous ne sommes pas constitués », affirme-t-il.

Par ailleurs, le Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo estime que le Burkina  aurait pu, à l’occasion de cette guerre,  créer une compagnie aérienne nationale pour faciliter les déplacements dans les zones à fort défis sécuritaires. Il ajoute que personne ne fera notre développement ; nous nous développerons nous-mêmes mais nous avons un problème de motivation des hommes et un problème d’équipement. La conviction du conférencier, c’est que la victoire est possible car cette guerre-là ne nous dépasse pas.

Flora Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes