mardi 20 octobre 2020

Boxe burkinabè : Une vitrine sportive pour l’image du pays

ring uneElle fait partie des disciplines sportives burkinabè qui ont suscité l’intérêt du public à un moment donné. La boxe au pays des hommes intègres a révélée de grandes gloires qui ont vendu positivement l’image du pays grâce à leurs performances sur les rings lors des compétitions internationales. Radars Info Burkina s’est intéressé à cette discipline sportive.

C’est à Bobo Dioulasso, aux premières heures des indépendances en 1961, que la boxe a été introduite au Burkina Faso. Dans les années 80, elle était certainement l’une des activités en vogue dans le pays. Des grandes figures telles que Moussa Ouattara, Kélètigui Ouattara, Tiga Bazié, Dramane Nabaloum, etc., qui cumulent plusieurs distinctions africaines et même mondiales, étaient au sommet de leur art.

Aujourd’hui encore, plusieurs clubs et ligues existent à travers tout le pays et sont chapeautés par une Fédération burkinabè de la boxe (FBB) qui continue de donner du souffle à cette activité. C’est du moins ce qu’affirme Abdourahame Koné, président de la FBB.

Selon lui, la boxe burkinabè se porte bien. Elle compte plusieurs athlètes qui font de bonnes performances. « La fédération travaille de sorte que cette discipline ne disparaisse pas. Nous avons plus de cinquante clubs qui participent au championnat national. Il y a aussi notre équipe nationale qui participe aux grandes rencontres africaines. Nous sommes même revenus des jeux africains de 2018 en  Guinée Conakry avec une médaille d’or  », a-t-il affirmé.

ring 2Au-delà de ce dynamisme au niveau national, des boxeurs burkinabè évoluent dans des clubs américains et européens. Des talents qu’Abdourahame Koné et son équipe disent suivre de près. « Nous avons  Kinda et Romaric qui font de belles performances et remportent de grands prix. Ce sont nos éléments, ils ont été formés ici. On attend le moment opportun pour les inviter et organiser un match de gala avec nos amis de la sous-région », ajoute-t-il.

Un autre aspect important dont se réjouit la Fédération burkinabè de boxe est la présence de femmes. Selon son président, ils avaient fait de la relance de la boxe féminine l’un des défis qu’il devait relever. « Aujourd’hui, nos filles croisent les gants avec d’autres athlètes. Nous avons plus de 10 filles qui montent sur le ring de boxe et nous travaillons à les encourager », dit-il.   

Toutefois, la boxe burkinabè connaît aussi des limites. Ce sont essentiellement des  problèmes de moyens financiers et logistiques auxquels font fassent certains clubs qui parfois n’arrivent pas, pour ces raisons, à participer aux grands-messes nationales et internationales.

Le sport, dit-on, est un facteur de cohésion sociale. Il est également l’un des canaux par lesquels le Burkina Faso s’est fait connaître dans le concert des nations. La boxe y a énormément contribué à travers plusieurs gloires.  Des gloires que le pays peut encore produire s’il mise suffisamment sur ce secteur.

Pema Neya

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>